• Marie Robert

Ceci ne regarde que nous



L’autre jour, il était tard. L’obscurité se faisait murmurante. Par l’étrange intimité que crée parfois les écrans, j’échangeais avec une amie sur la question de la maternité, et surtout, des miracles et des angoisses qu’elle suppose. Soudain, je reçus cette réponse, plus éclairante encore que la puissance lumineuse du téléphone dans la nuit : « La maternité est avant tout une chose optionnelle. Rien n’est insurmontable. Et rien n’est obligatoire non plus ». Optionnelle. Pour celles qui ont la chance que ça le soit. Pas une nécessité mais une décision. Voulue, chérie, assumée. Un acte conscient. Face à la délicatesse de cette réponse, j’ai réalisé l’immense justesse du terme. Une option, comme tant de choses dans la vie, bien au-delà de la question des enfants. Cela va de nos choix les plus profonds aux plus anodins. De ce café avec quelqu’un, qu’au fond, on n’a pas envie de voir, à ce mariage qu’au fond, on n’a pas envie de faire. Ou ce travail qu’on a pas envie de prendre. Ça ne signifie pas que les contraintes n’existent pas, que l’extérieur ne nous impose pas ses propres injonctions, ses impossibles, ses aridités, ses injustices insupportables. Néanmoins, cela suppose que dans tout cela, même dans ces carcans, il y a une marge. À conquérir, à choyer, à protéger. Et surtout, une liberté à s’autoriser. Nous ne sommes ni une tendance, ni une convention sociale, ni nos parents, ni nos enfants, ni nos frères et sœurs, ni nos collègues, ni nos copines, ni nos ancêtres. Nous sommes. Et cette amplitude est suffisante. Faire porter aux autres le poids de notre volonté conduit à l’aigreur. A l’inverse, incarner ses possibles, et s’y plonger de tout notre être et toute notre âme nous conduit toujours vers un peu plus d’amour. Je vous souhaite une journée remplie d’options. A saisir ou à décliner. Des options qui éclairent la nuit.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.