• Marie Robert

Ceci ne peut être brisé



Etymologiquement, le terme « solidarité » vient du latin « solidus » qui signifie solide. Lorsqu’on s’empare de son origine, les contours de la notion se précisent aussitôt. Dans un corps solide, les différentes parties sont solidaires précisément parce qu’on ne peut agir sur l’une sans agir aussi sur les autres. La solidarité n’est donc pas un sentiment ou une vertu, encore moins une posture new-age ou bien-pensante, ce serait plutôt l’idée d’une évidente cohésion, qui m’apporte autant qu’elle m’importe. Etre solidaire, ce n’est pas se lover dans un héroïsme illusoire, mais c’est être convaincu que nous sommes des fragments appartenant à un même tout. Chacun est responsable de l’autre. C’est la raison pour laquelle la générosité et la solidarité ne peuvent se confondre. Lorsqu’on est généreux, on agit en faveur de quelqu’un dont on ne partage pas les mêmes intérêts. Lorsqu’on est solidaire, c’est l’inverse, on agit en faveur de ce qui nous lie. Ses intérêts sont les nôtres, et notre égoïsme fonde le sien. Peut-être est-ce ici, dans cette curieuse alliance, que le précaire devient joliment inattaquable, lorsque l’on accepte notre appartenance à une famille, une communauté, un quartier, un pays, un monde. L’union indéfectible du vivant. La solidarité, nous offre le panache et fait de nous des Mousquetaires. Un pour tous, et tous pour Nous.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.