• Marie Robert

Ceci n’est pas vain.


Ceci n’est pas vain. La semaine dernière une amie m’a expliqué qu’elle avait désinstallé Instagram de son téléphone, l’idée, judicieuse, étant de perdre moins d’heures sur les réseaux. Mais son argumentation ne s’arrêtait pas à une simple question de gestion du temps, elle trouvait surtout, qu’il n’y avait plus « rien d’inspirant » à consulter : chaque jour, les mêmes lieux photographiés, les mêmes conseils bien-être, le même activisme facile, la même bienveillance mise en scène. Je l’ai écouté avec attention, partageant beaucoup de ses conclusions. Cependant, en rentrant, je me suis demandée ce que fondamentalement je trouvais « inspirant ». L’inspiration désigne une affluence d’idées stimulant l’imagination et la créativité. C’est l’élément déclencheur qui soudain nous fait penser à des choses inédites. De ce point de vue, il est certain que la normativité de nos sociétés nous conduit souvent à aimer des films similaires, à porter des vêtements à la mode et à avoir des sujets de discussions identiques. Et pourtant, s’il l’on accepte de quitter la surface, si l’on accepte de plonger dans la banalité du quotidien, notre universalité se fragmente en des milliers de particularités, de singularités, d’indicibles, de manies, de petites hontes, de grandes victoires, de pratiques étranges, de secrets inavouables. L’existence des individus me passionne, non pas pour le grandiose mais pour l’insignifiant. La vie que les autres mènent est fascinante, précisément parce qu’elle n’est pas la nôtre, parce que notre différence rend palpitant ce quotidien que nous ne vivons pas. J’ai un intérêt infini à l’égard de tout cela. Que font les gens lorsqu’ils se lèvent ? Est-ce qu’ils allument la machine à café avant de se brosser les dents ? Que font-ils sur leurs ordinateurs ? Sont-ils anxieux de l’augmentation du cours du l’essence ? Combien de fois par semaine écrivent-ils à leurs frères et sœurs ? Que font-ils de leurs morts ? Comment rangent-ils leur frigo ? Ce n’est pas du voyeurisme, c’est une curiosité sincère à l’égard de l’autre. Quelle chance infinie de n’être pas seule dans ce monde. Je nous souhaite de choyer notre inspirante banalité. #Bonjour@julietteabitbol

53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout