• Marie Robert

Ceci n’est pas une recommandation.


Ceci n’est pas une recommandation. Il y a toujours cette idée tentante, généreuse, souvent altruiste, celle de conseiller. De vouloir transmettre son expérience, sa méthode, ses stratégies. Il y a cet élan qui nous conduit à dire ce qui a fonctionné pour nous et qui pourrait devenir vertueux pour l’autre. Parce qu’on sait, ou du moins qu’on croit savoir. Parce que nous aussi nous sommes passés par là. Parce que nous avons connu ce naufrage et que nous voudrions éviter à autrui de chavirer dans les mêmes tempêtes. Alors on tend la main, on submerge de mots, on liste, on recommande, on partage. C’est plus que louable, c’est bien souvent salvateur. Mais pourtant, il faut garder une idée en tête. Une idée aussi banale qu’impérieuse. Aucun être vivant n’est identique. Notre cas ne sera jamais similaire à celui du voisin, et c’est bien cela qui fonde la bouleversante singularité de l’espèce humaine. Nos chagrins sont uniques, autant que nos douleurs, nos organes, nos joies, nos souvenirs, nos conditions. Nous ne sommes réductibles à aucune unicité. Nous ne faisons que traverser des expériences, en avançant de notre mieux et en tentant de tirer du chaos une certaine cohérence. Nous sommes des assemblages sans cesse rafistolés. Certains jours, la vie est plus décousue. Et si cet énième confinement souligne nos accrocs, accentue nos déchirures, il est impossible de coudre à la place de l’autre. Mais ça ne signifie pas que nous ne puissions pas nous aider. Au contraire. Nous pouvons coudre ensemble, côte à côte, en partageant nos vulnérabilités, nos doutes, nos désastres. Le soutien débute à l’instant où l’on accepte que l’autre n’est pas nous. Je nous souhaite une journée où nos lueurs intimes, toutes réunies, forment des scintillements sur la mer. #Bonjour#Matin#Morning Credit : @nataliekarpushenko

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout