• Marie Robert

Ceci n’est pas une règle



Face à l’incertitude, une curieuse agitation se met en place. Le souffle de la panique nous entraîne sur les digues de l’occupationnel. On jongle entre mille injonctions. Celle du travail qui se réinvente en nous oppressant. Celle de l’école qui envahie la maison. Et celles des sollicitations qui nous charment, autant qu’elles nous détournent. Produire, cocher, trier, habiter les heures par le « faire ». Même dans le néant des jours, nous nous plions au culte de la performance. L’esprit épuisé perd peu à peu sa capacité à désirer. Le temps semble plus vaste, mais l’envie n’est plus là, elle est remplacée par l’avalanche. Ce que l’on souhaitait tant accomplir « avant », ne parait plus digne de sens. Tout est contrainte. D’une façon pernicieuse, la santé mentale s’étiole, peu à peu. Rien de spectaculaire, mais un léger fossé qui se creuse à mesure que l’on compte les minutes. Pour certains, les pulsions, les phobies, les colères, refont surface. Alors comment retrouver son fil ? Peut-être que le moment est venu de construire sa discipline. Loin d’être un synonyme d’autorité, la discipline est un effort orienté, calme, précis. Une chemise blanche. Un écrin pour notre âme et notre corps. Un squelette, extérieur à nous-même, qui nous préserve, même quand tout le reste s’écroule ou se délite. Le corps et l’esprit reprennent leur marche, l’envie ne se questionne pas. La répétition confère une unité à notre existence. Un geste après l’autre, on avance, on se conforte. La discipline n’est pas une marche forcée. Au contraire, elle accueille nos silences, nos repos, nos répits, elle est propre à chacun. Loin du faire, mais au plus proche de notre cœur. La plus légitime des disciplines est celle qui prend soin de vous.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.