• Marie Robert

Ceci n’est pas une méthode.


Ceci n’est pas une méthode. Je fais partie des individus qui flirtent en permanence avec l’exigence et l’intensité. Il n’y a jamais assez de mots, jamais assez de savoirs, jamais assez d’espoirs, jamais assez de connaissances, jamais assez de compréhension, jamais assez de beauté, jamais assez de travail, jamais assez d’exercices, jamais assez de persévérance. Certains diront qu’il faut ralentir. D’autres que c’est une névrose, et dans ce cas, je l’accepte avec lucidité. Mais l’ambition n’est pas de remplir du vide. Ni de se complaire dans une odieuse insatisfaction. Au contraire, c’est simplement, je crois, ma façon de traverser ce curieux miracle qu’est la vie, avec ses tempêtes de sable et ses aubes dorées. C’est ainsi que je réponds à ce curieux hasard que d’être née dans une si douce condition. J’ai besoin de projets à ériger, de sommets à gravir, de cœurs qui palpitent et de liens éternels. J’ai besoin de défis, d’intelligence collective, de montagnes slaves, de réveils aux aurores et de doigts sans cesse posés sur le clavier. C’est comme ça que je me sens complète. Et c’est sans doute ici que réside l’enjeux de cette modeste confession. De quoi avons-nous besoin ? Quelle est la réponse que nous souhaitons donner à ce vertigineux « qui suis-je » ? J’ai vu dans mon métier, des centaines de profils, des centaines de manières de fonctionner. J’ai vu ceux qui comprenaient vite, ceux qui infusaient, ceux qui rêvassaient, ceux qui bavardaient, ceux qui faisaient semblant de ne pas entendre, ceux qui n’entendaient vraiment pas. J’ai vu ceux qui s’en foutaient, ceux qu’on aidait, ceux qu’il fallait challenger, ceux qu’il fallait encourager. Et en naviguant à travers toute cette galerie de personnages, j’ai compris que la seule chose qui comptait, c’était d’aider l’autre à saisir la manière dont il fonctionnait. Donner le meilleur, n’est rien d’autre que découvrir nos mécanismes et nos nécessités. L’imitation entrave notre créativité, les méthodes imposées brisent nos élans naturels. L’abondance vient lorsqu’on est à notre place, pas à celle des autres. Je vous souhaite d’être assez et de prendre soin de ce que vous êtes. #Bonjour

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout