• Marie Robert

Ceci n’est pas une liste de courses.


Ceci n’est pas une liste de courses. Un croissant à la crème de pistache. Du poulpe grillé. Une salade de pastèque à la fêta. Des chouchous légèrement sablés. Un gâteau au miel après la baignade. Des linguines à la vongole. Un smoothie au lait de coco. Des brochettes de légumes au barbecue. Du melon au poivre. Un couscous à l’orge. Une poignée de cerise sous un arbre. La confiture de Mamie. Du chocolat noir. Du houmous pita en plein soleil. Un double expresso. C’est troublant d’imaginer tout ce que notre alimentation raconte sur notre identité. Qu’est-ce qui est « bon » et pourquoi ? Est-ce une question de saveur, de contexte, de nutriments, de culture, d’éducation, d’éthique, de production, de gourmandise, de calories ? Qu’est-ce que nous exprimons lorsque nous nous léchons les babines ? A quoi pense-t-on lorsqu’on mastique, lorsqu’on avale, et lorsqu’on déglutie ? Le sujet n’a rien d’anodin. Il est intime et bouleversant. S’attarder sur l’aliment, c’est comprendre qu’il est un objet d’histoire, et qu’il porte en lui une part symbolique, géographique, affective et politique. Qu’on ne mange ou pas, qu’on ne pense qu’à ça ou que tout nous dégoûte : manger compte. Au commencement, était la bouche. L’aliment nous questionne et nous confronte. Nos bouchées contiennent nos désirs, nos errances, nos doutes, nos libertés, nos décisions et nos compromissions. Pour Kant l’aliment perturbe, dérange, étonne, et c’est bien pour cela qu’il est philosophique. Il abolit les frontières, crée des passerelles d’idées, de gestes, de disciplines, de transmissions. Pour Nietzsche, il y a une corrélation évidente entre l’estomac et l’esprit, il cherche d’ailleurs à nous convaincre que la lourdeur de la civilisation découle de la richesse des mets que nous avalons. Dans les écrits de Barthes, notre nationalité se joue dans l’assiette. Et chez Levi-Strauss, « Il ne suffit pas qu'un aliment soit bon à manger, encore faut-il qu'il soit bon à penser ». Et pour nous ? De quoi nous remplissons-nous ? De quoi avons-nous faim ? Je vous souhaite de passer à table. #Bonjour

34 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout