• Marie Robert

Ceci n’est pas une liste



Il y a ceux qui ne terminent pas leurs phrases, trop impatients du récit à venir. Ceux qui rient avec les yeux. Et ceux qui trempent leur pain dans l’huile d’olive. Ceux dont la vie s’invente. Et ceux qui trébuchent à chaque pas. Il y a les compulsifs, les excessifs, les hyperactifs qui d’un seul geste, balayent toutes les cadences. Ceux qui ont loupé le coche. Et ceux qui n’y arrivent pas. Il y a ceux qui disent bonjour en regardant très loin dans les yeux. Et les précis qui discrètement remettent les cadres droits. Il y a ceux qui en voiture, montent le son, roulant vers leurs horizons. Et ceux qui aiment tellement un film qu’ils veulent être certains qu’on saura le voir. Il y a les timides, qui s’immobilisent,mais dont le coeur n’en pense pas moins. Ceux qui depuis l’enfance, ne marchent pas sur les lignes dessinées au sol. Il y a ceux qui préfèrent les toujours. Et les autres, qui se languissent de peut-être. Il y a ceux qui se vautrent dans le délice en mangeant une buratta. Et ceux qui n’apaiseront jamais leur colère. Il y a ceux qui ont des secrets. Ceux qui ont des douleurs. Et ceux pour qui c’est pareil. Il y a ceux qui s’endorment à 22h. Et ceux qui laissent filer la nuit. Il y a les méditerranéens de l’âme, qui parfois vivent même en Normandie. Il y a ceux qui galèrent. Et ceux qui ne le montrent pas. Ceux qui ont besoin d’attention. Et ceux qui n’ont pas appris à dire pardon. Il y a ceux qui préparent leurs affaires la veille. Et ceux qui envoient des cartes de remerciements. Il y a ceux qui ont peur de la mort. Et ceux qui donnent la vie. Il y a. Fragment d’humanité. Trésors de tendresse. Divin royaume qu’est le vivant. Il y a l’amour infini des gens.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.