• Marie Robert

Ceci n’est pas une fin.


Ceci n’est pas une fin. Je n’aime pas les bilans, ni les inventaires, encore moins les palmarès ou les best-of. J’ai du mal avec tout ce qui cherche à établir une quelconque hiérarchie, car je crois qu’il nous faut des années, et non quelques maigres mois de recul, pour savoir ce qui fut « bien » ou « mal » dans notre vie. La plupart du temps, le sens n’apparaît que rétrospectivement, comme une énigme qui se déplie sur une interminable période et dont la solution n’est délivrée que longtemps après les évènements. Si nous mettons en perspective ces cinq ou dix dernières années, nous remarquons, qu’au-delà de l’épisode collectif que nous traversons péniblement, nos vies sont semblables à des plaques tectoniques, elles se déplacent de quelques centimètres par an dans des directions différentes, ce qui entraîne la formation de zones de divergence, d’autres de coulissage, et parfois, avouons-le, des périodes d’intenses collisions. Et c’est ainsi que sans même nous en être rendu compte, nous sommes parvenus de centimètres en centimètres, à toucher un continent qui nous paraissait pourtant inaccessible. C’est précisément ce que décrit l’adjectif « tectonique », il vient du grec « tekton » qui désigne le constructeur ou le « maçon », et qui souligne avec tant de justesse, qu’à chaque seconde de notre existence, nous sommes en train de bâtir, coûte que coûte. L’idée n’est pas d’atteindre une position, ni un but ultime, mais il s’agit d’avancer, de nous accorder, de faire ce qu’on peut. Et dans cette chorégraphie plus ou moins discrète, j’aimerais pour ma part, prendre quelques instants pour remercier tous ceux qui m’ont fait confiance, tout ceux qui ont posé un regard sur mon travail, ceux qui ont fait vivre mes mots et ceux qui m’ont donné la parole. On ne bâtit pas sans accompagnement, sans un liant suffisamment souple pour saisir nos évolutions. Lorsque la Terre s'est formée, il y a environ 4,54 milliards d'années, sa surface était majoritairement constituée de roches. Apprécions quelques secondes, la puissance de notre odyssée. Je vous souhaite de vous déplacer comme il vous convient et je me permets ce matin, de vous dire combien je vous aime. #Bonjour

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout