• Marie Robert

Ceci n’est pas une erreur.


Ceci n’est pas une erreur. Je me réveille toujours très tôt, par nature bien plus que par devoir, j’aime ces minutes confuses, prises entre l’aube et le lever du soleil. Souvent, c’est un moment où je lis des articles. Et c’est ainsi qu’hier dans la chronique Modern Love du NY Times, j’ai découvert la vie d’Eliza. Au commencement, Eliza est une jeune femme de 18 ans à la vie disons prometteuse. Une bourse pour étudier et une rupture avec un petit-ami encombrant, lui assurent que l’âge d’or peut commencer. Sauf que comme dans toutes les histoires, rien ne se passe jamais comme prévu. Elle renoue avec le petit-ami, décide de se marier, arrête les études, tombe enceinte, fait une fausse couche, avant finalement de divorcer, et de reprendre une fac moyenne, tout en devenant vendeuse de bijoux chez Macy’s. Rien de notable dans ces aléas de jeunesse, sauf qu’Eliza a une curieuse idée en tête. Elle veut conserver quelque chose de cette période. Plutôt que d’en nier la difficulté, elle veut la marquer symboliquement. Elle décide donc de s’offrir une parure en perles, le genre de bijoux qu’on ne porte pas quotidiennement. Elle la range dans un tiroir, s’engageant à la ressortir lors de son prochain mariage, quand la vie lui aura offert de nouvelles perspectives. Sauf que l’existence a toujours plus d’ironie que nous. Et c’est ainsi que quelque temps plus tard, elle s’aperçoit que la parure a disparu, sans doute égarée dans un tas de vêtements donnés à une association. Comment comprendre ce signe ? Est-ce à dire qu’il faut oublier ? Laisser couler ? Avancer quoiqu’il arrive ? Dix ans se sont écoulés depuis cet épisode, Eliza vit désormais dans le Montana, elle est devenue journaliste, et s’apprête à vivre de nouvelles noces. Elle contemple avec tendresse tout ce qui l’a emmené jusque-là, toutes ces errances, ces manqués, ces peines et ces faux pas. En guise de conclusion, elle ajoute avec, humour et délicatesse, que son choix portera sur une robe vintage à col montant, une robe déjà portée, sublimée par les espoirs, les défaites, et les reconquêtes, qui sont sans doute, les plus jolies perles à enfiler. Je vous souhaite d’aimer votre passé. #Bonjour

60 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout