• Marie Robert

Ceci n’est pas une division



Selon Platon, l’âme est composée de trois parties. D’abord, la partie rationnelle qui nous permet d’élaborer des raisonnements, de faire des choix, d’établir des distinctions. Puis, la partie du cœur, siège de l’ardeur, d’une fougue jamais assouvie, l’espace du sentiment qui enveloppe et réchauffe. Et enfin, la partie irrationnelle, orientée vers le corps fiévreux et sensuel. Le point commun entre ces trois parties est le désir. Désir de savoir pour la raison, désir de reconnaissance pour le cœur, désir de possession pour la partie irrationnelle. Ces trois instances fusionnent, se répondent, s’alimentent. Aucune n’est plus noble, ni digne d’attention que l’autre, puisque c’est leur alliance qui fonde notre humanité. Et même si l’on peut distinguer les hommes en fonction de la partie prépondérante de leur âme, cet agencement change souvent au fil du temps, des jours, des évènements. L’âme qui nous anime n’est pas sage. Elle est multiple, complexe, mouvante. Et c’est dans ce singulier mille feuilles que notre vie se dessine et file. Au diable la constance, si nous assumons nos paradoxes. Un peu de ceci, moins de cela. Demain, peut-être que ce sera l’inverse. L’excès n’est qu’une manifestation passagère. Comme l’est la rigueur. Laissons faire notre âme, elle trouvera le chemin de sa régulation, si seulement nous apprenons à écouter nos désirs. Je vous souhaite une journée de tempête ou de murmures. De rigoureuse logique ou de caresses sauvages. De cœur enflammé ou de comptabilité. Mais surtout, une journée où toutes les parties de votre âme peuvent s’exprimer.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout