• Marie Robert

Ceci n’est pas une course.


Quel est ce curieux sentiment qui s’immisce au centre de notre cœur ? Ce léger picotement près des tempes ? Ce voile de panique dans notre regard ? C’est l’insécurité qui pointe. La crainte d’être remplacé. La peur panique que l’autre puisse avoir plus de lumière que nous. Vertige de la jalousie. Spectre de la concurrence. Ou est mon territoire ? Comment le préserver ? A la crainte, on répond souvent par une illusoire stratégie. On complote, on s’agite. Il faut mener la lutte. Tirer la couverture vers soi. Et pourtant, la menace existe-t-elle vraiment ? Car au fond, le soleil se lève pour tout le monde. Dans la vie intime, comme dans la vie professionnelle. Il y a suffisamment de place pour que chacun d’entre nous puisse honorer sa singularité. Certes, il est toujours déstabilisant de constater que certains font « comme nous », parfois même mieux que nous, mais l’important est bien ce qui diffère. Plutôt que de nous épuiser en consommant nos peurs, concentrons-nous peut-être sur nos compétences, sur nos qualités, sur la nécessité de nos projets, sur la coopération, sur ce qui fait de nous des êtres à nul autre pareil. Un nouveau jour se dessine et nous sommes tous en mesure de l’habiter. Je vous souhaite une journée sans concurrence.

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout