• Marie Robert

Ceci n’est pas une blague.


Ceci n’est pas une blague. Hier soir en me couchant, je me suis dit que je n’avais envie que d’une chose. C’est de rire. Comme si rien d’autre ne pouvait nous sauver de cet étrange marasme. C’est idiot, mais au fond, je crois que rire n’est pas une affaire légère. L’éclosion du premier rire, chez l’enfant, est située entre deux et quatre mois. Il dépend d’un héritage génétique qui varie en fonction des situations, du contexte social et du terreau éducatif de chaque rieur. C’est donc un phénomène physique, mais aussi un fait culturel, historique, et philosophique. Car malgré son apparente superficialité, le rire est un besoin bien plus métaphysique qu’on ne pense. Wittgenstein rêvait d’un livre de philosophie entièrement composé de blagues, parce qu’alors disait-il, sa lecture serait enfin supportable. Et si c’est précisément dans ce « rendre supportable » que résidait l’enjeu de nos rires ? Freud décrit le rire comme un phénomène psychique correspondant à la levée d’un interdit. Il est dans son fondement, une audace, une joyeuse irrévérence, une soupape qui nous libère de l’oppression du quotidien. On se met à rire, car quelque chose vient rompre nos habitudes, nous électrise, nous fait voir les situations autrement. Une scène insolite, une photo décalée, un texto absurde, tout est bon pour mettre un peu d’éclat dans le terne. Qu’il soit rire de moquerie, rire de décharge nerveuse ou rire face à l’incongru, il s’agit toujours d’un instant suspendu. Lorsqu’on rit, on sort d’une logique de production, d’efficacité, de performance, on fait place au désordre, à la fougue, au répit, au partage. On baisse la garde, on fait souffler dans nos espaces un air nouveau. Et chez Nietzsche, plus l’heure est grave, plus le rire est un salut : « L’homme souffrait si profondément qu’il a inventé le rire ». Au bout du compte, le rire nous place face à un singulier paradoxe, celui d’être à la fois joyeux et désespéré. Joyeux surtout parce que désespéré. L’intelligence de n’être pas dupe. Ni de soi, ni des autres, ni de la situation. Et de trouver dans cette lumière crue la force de la résistance. Le rire, arme de vie. Je vous souhaite une sacrée journée de rigolade. #Bonjour @blan

39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.