• Marie Robert

Ceci n’est pas une école.


Ceci n’est pas une école. Mercredi, je discutais d’entreprenariat. Ou plutôt de construction. Avec mon interlocuteur, nous nous interrogions sur ce que ça supposait comme aptitude, comme sacrifice, comme compétence, que de se lancer dans des projets, qu’ils soient professionnels ou intimes. Est-ce que certains d’entre nous sont plus doués que d’autres pour bâtir des édifices ? Que faut-il pour se sentir légitime ? Pour se lancer ? En me posant ces questions, je me suis demandée s’il existait vraiment des réponses. Il faut dire que ne crois pas aux profils. Je ne crois pas aux parcours figés.. Je n’ai moi-même pas la carrure de l’entrepreneur, je viens de l’Université, je n’ai pas fait d’école prestigieuse, je n’ai aucune aptitude financière ou administrative. Je fais des crises d’angoisse et je suis paralysée par l’idée de décevoir. Et pourtant, modestement, humblement, fragilement, je bâtis. Non pas parce que je trouve ça cool, non pas que je sois heureuse d’adopter une prétendue posture, ni d’alimenter un quelconque système, mais je bâtis parce que de tout mon cœur, de toute mon âme, de toute ma sueur, je crois en ce que je fais, j’y trouve du sens, de l’importance et de la cohérence. Et au fond, peut-être que ce sont les seuls piliers de l’action. Ce n’est pas une question « d’avoir une boîte », mais de comprendre ce que l’on fait, et d’en percevoir la nécessité, qu’il s’agisse d’une entreprise, d’une mission, d’un plat pour sa famille, d’une formation, d’un projet qu’on dit fou. Ne pas faire pour plaire, ni être riche, encore moins connu ou reconnu, mais faire parce que c’est ici que se situe notre raison d’être. C’est curieux comme cette expression est à la mode. Mais que désigne-t-elle ? Philosophiquement, la raison d’être est un paradoxe, il n’y a pas de raison qui justifie l’être, si ce n’est qu’il existe. Et si quelque chose existe, c’est bien parce qu’il y a une raison à cela. La raison d’être est donc la cause « motrice » : qu’est-ce qui nous met en mouvement ? La question suppose de prendre du recul pour interroger le présent mais aussi l’avenir. Que fait-on ? Où va-t-on ? Je vous souhaite de trouver vos réponses. #Bonjour Credit : @vickydaze

37 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout