• Marie Robert

Ceci n’est pas un socle.


Ceci n’est pas un socle. « Pourquoi tu ne fais pas de reels sur instagram ? », elle a 14 ans et semble souffler sur ma poussière. La question n’est pas insolente, elle est prononcée avec un ton doux et concerné. Deux mondes se contemplent. Deux générations au langage, aux pratiques, et aux mœurs, distinctes. Je réfléchis un instant à ma réponse, et je crois qu’elle dépasse de loin le débat sur la pertinence, ou non, d’une nouvelle modalité proposée par Instagram. Son « pourquoi » initial me renvoie à quelque chose qui me touche énormément : « Pourquoi faisons-nous les choses ? ». C’est-à-dire : quelle vision portons-nous ? Que poursuivons-nous ? Où se situe notre cohérence ? Lorsque nous avons commencé à créer des écoles, je me suis rendue compte qu’il était tentant d’ajouter dans l’emploi du temps, tout un tas d’activités parce qu’elles faisaient « jolies » sur une plaquette de présentation, parce qu’elles avaient l’air « cools », parce qu’elles étaient « à la mode ». C’est séduisant et agréable comme l’est tout ce qui est cosmétique. Et il en est de même dans toutes les sphères de notre vie. Nous faisons tous des choses parce que nous les avons vues ailleurs, chez d’autres, ou parce qu’elles correspondent à une exigence du moment. Parfois, ces nouveautés nous comblent, elles nous éclairent, elles satisfont une quête, elles sont précisément ce qui nous manquait, ou encore, elles nous amusent, et c’est tant mieux. Et puis à d’autres instants, on y cède par nécessité, pour des raisons économiques, pour satisfaire un algorithme, pour répondre à une opportunité de marché, parce qu’il faut bien exister et gagner nos vies. Quelles que soient les perspectives, je ne formule aucun jugement, il n’y a jamais de bonnes ou de mauvaises raisons, mais il y a en revanche les raisons que l’on se donne. Et je ne crois pas qu’on puisse faire l’économie de cette justification intime. Car connaître les réponses à nos « pourquoi » ou du moins, essayer d’y répondre, c’est éviter de se dissoudre sur les rives du vide. Le jour où je saurai quel contenu transmettre dans des « reels », j’en ferai avec joie. Je vous souhaite de la conscience dans tous les interstices. #Bonjour

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout