top of page
  • Marie Robert

Ceci n'est pas un manuel.

Ceci n’est pas un manuel. « Ouais, je connais j’ai vu un docu sur le sujet ! ». La parole m’amuse, elle m’amuse car j’aurais pu la dire. C’est curieux comme souvent, pour gagner du temps ou pour se rassurer, on aimerait intégrer les choses avant même de les vivre par nous-même. Lorsqu’on souffre d’anxiété, le phénomène s’accentue. On devient expert sur un sujet pour être certain de ne pas être déstabilisé par lui, pour avoir la garantie de ne pas se perdre, de ne pas flancher, de ne pas échouer. On se contente d’un savoir théorique, d’une observation distanciée. Je suis une professionnelle du genre. Je cartographie, j’encadre, j’absorbe, j’analyse, j’accumule tellement de connaissances dans certains domaines que j’oublie que connaître par le biais des autres, et non, par mon propre esprit, change la donne. Alors forcément quand je suis tombée sur un interview de l’anthropologue Tim Ingold, racontant les deux ans qu’il a passé chez les Skolt-Sámi, une communauté d’éleveurs de rennes du nord-est de la Finlande, j’ai été profondément touchée. Ingold explique qu’il a reçu d’eux un conseil qui, au fond, est un véritable conseil de vie : « Connais par toi-même ! ». C’est une forme de solitude productive, une confrontation avec soi, qui n’est pas de l’isolement, mais qui nous demande de faire l’expérience du réel avec nos mains, notre corps, notre tête : « Là-bas, les gens étaient très clairs : la seule façon de véritablement comprendre quelque chose est de le travailler par soi-même. Ils me disaient ce qu’il ne fallait pas faire, mais personne ne m’indiquait ce qu’il fallait faire ». Et c’est alors qu’on quitte l’étude pour explorer un monde dans lequel nous sommes vivants et qui est vivant pour nous. Connaître par soi-même est une forme d’autonomie, qui n’empêche pas la présence des autres, ni leur soutien ou leur amour, mais qui nous oblige à assumer notre geste, notre posture, notre raisonnement. Et de conclure par cette si douce invitation : « Pour faire de la philosophie, il faut se parler à soi-même ». Je vous souhaite le courage de dialoguer avec vous-même. #Bonjour@iris.apfel



39 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page