• Marie Robert

Ceci n’est pas un labeur.


Ceci n’est pas un labeur. Ce matin, je me suis réveillée en me disant que j’adorais les gens avec qui je travaillais. Alors certes cette pensée est sans doute un peu étrange un samedi matin, à l’aube, et surtout, en plein milieu du mois d’août, mais elle a sincèrement habité chacune de mes cellules. Car c’est une réalité, j’aime les personnes avec qui je travaille, mais je crois que le terme « travailler » n’est pas tout à fait juste. Il y a une distinction conceptuelle, qu’on trouve chez Hannah Arendt, et qui m’a toujours beaucoup marqué, c’est celle entre le travail et l’œuvre. Nous travaillons pour vivre. Le travailleur est celui dont la vie s’épuise dans l’activité destinée à la gagner. On rêve de week-ends, de vacances, de repos, parce que nous avons souvent l’impression que nous travaillons tellement qu’il n’y a plus de place pour vivre. Or, l’existence humaine, nous explique Arendt, ne peut pas se réduire à celle de l’animal laborans, l’animal laborieux, si c’est le cas, elle devient insensée et on perd pied. Voilà pourquoi les conditions, et le temps de travail, sont des enjeux majeurs. Mais pour éviter ce gouffre, il y a l’autre versant, il y a l’œuvre. Faire, c’est œuvrer, c’est fabriquer quelque chose, et de cette façon, c’est participer à l’édification d’un monde commun. Les œuvres durent, elles ne se consomment pas. Œuvrer, c’est comprendre ce que font nos mains, où nous mènent nos gestes. Nous sommes des homo faber, des hommes artisans, nous appartenons à ce monde en faisant. L’œuvre dépasse le travail et intègre tous ceux qui en apparence ne « travaillent » pas. Nous faisons en fabricant un repas, nous faisons en prenant soin, nous faisons en caressant, nous faisons en arrosant nos plantes, nous faisons en fabricant, nous faisons en donnant la main, nous faisons en dessinant, en jardinant, en écrivant. La liste est longue. L’œuvre n’est pas un terme prétentieux, au contraire, il est humble. Les femmes avec qui j’œuvre m’apprennent chaque jour à appartenir à ce monde autrement qu’en l’usant, mais bien en l’aimant. Je vous souhaite un samedi d’œuvre et de lumière. #Bonjour

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout