• Marie Robert

Ceci n’est pas un gouffre.


C’est curieux comme certains matins, le ciel est plus bas que d’autres. Une inquiétude obsédante, un tourment décourageant, une discussion en suspens, un message qui n’est pas venu, une lassitude au creux du cœur, une douleur dans le corps…Vastes et multiples sont les causes qui alourdissent nos épaules. Et qu’importe la source, le poids est identique. Soudain, notre monde revêt la couleur de l’insoluble. Nous nous sentons vulnérables. Au-delà de nos images, des projections que nous livrons aux autres, au-delà de la puissance dont nous sommes pourtant capables, cet état d’abandon nous submerge. Nous n’avons plus de ressources dans lesquelles puiser. Le terme de « vulnérabilité » vient du latin vulnus qui signifie « blessure ». Nous sommes à cet instant des animaux blessés, mis à terre. Et il est rare de pouvoir se soigner seul. La vulnérabilité définit un des éléments majeurs de notre condition humaine. Chacun d’entre nous dépend des autres physiquement et psychiquement. Pour nous développer, nous avons besoin de soin, d’affection, d’aide, d’encouragements, de reconnaissance. Bien souvent, il suffira d’un mot, d’un geste, d’un sourire, d’un silence généreux, pour que se dissipe les ombres. Parfois, il faudra peut-être accepter un peu plus de renfort, pour que ce virage soit négocié avec souplesse. Mais si nous attendons de l’Autre qu’il prenne la mesure de son rôle, encore faut-il être capable de lui montrer ce frémissement, de dire cet éreintement de l’âme, sans redouter qu’il devienne l’objet d’une domination à venir. Cesser d’y voir une honte ou une défaite. La vulnérabilité est universelle. La fuir est se contraindre à être encore plus abimé. L’exprimer est l'issue pour la dépasser. Chez le philosophe Emmanuel Levinas, c’est grâce à elle que les hommes peuvent redéfinir leur rapport réciproque et leur relation aux autres espèces : « tout se passe comme si l’expérience de la vulnérabilité révélait à l’homme le sens de sa responsabilité ». Qu’importe que le ciel soit bas, si on l'éclaire ensemble. Je vous souhaite une journée où les blessures se soignent à la force du lien.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout