• Marie Robert

Ceci n’est pas un déclic.


Ceci n’est pas un déclic. On a beau en rire, et faire comme-ci tout cela n’était qu’un rituel idiot, pourtant, la question revient dans les discussions, murmurant à notre esprit une ritournelle lancinante. Quelles sont nos « bonnes résolutions » ? Souvent les réponses alternent entre des banalités joyeuses et des récifs arides. Pour les uns, il s’agit de mieux ranger ses placards, de faire du sport ou de lire au moins dix pages par jour. Pour les autres, l’ambition est de se séparer d’individus toxiques, de trouver l’emploi de leur rêve ou de se sentir plus aligné. La pratique des résolutions remonte à l’Antiquité. Elle contient en elle l’idée salvatrice de pouvoir remettre les compteurs à zéro, au moins une fois par année. C’est la possibilité d’une renaissance, la perspective que rien n’est jamais totalement figé et qu’il suffit d’une nouvelle aube pour balayer nos mauvaises habitudes, nos dettes et nos confusions. Certes, ces bonnes résolutions sont la plupart du temps vouées à disparaître sous le flot du quotidien, mais qu’importe leur durée, leur mérite est simplement de nous offrir cet espace de questionnement. Car l’enjeu ici réside dans l’introspection qu’elles supposent. Qui voulons-nous être ? Quelle version de nous-même souhaitons-nous voir éclore au cours des douze mois à venir ? De quoi sommes-nous en puissance ? Quelles sont ces potentialités que nous n’avons pas encore osé développer ? Quelles sont ces injonctions qui nous étouffent ? Pourquoi faisons-nous certaines choses qui nous indiffèrent alors que nous laissons de côté celles qui nous tiennent à cœur ? Pourquoi vivons-nous des vies éloignées de nos désirs, de nos convictions, de nos besoins ? Et s’il était possible de changer cela ? A quel prix ? Avec quel soutien ? Je ne crois pas aux déclics, encore moins aux miracles, mais je crois au travail quotidien et aux fils que l’on tire. Alors à l’ivresse des résolutions, je préfère l’audace et le luxe des questions. « A présent lève-toi et met-toi en quête, lève-toi d’un pied léger et va-t-en tranquillement chercher ce que tu as perdu » - Amos Oz. Je vous souhaite une journée de points d’interrogations. #Bonjour#1erJanvier

70 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout