• Marie Robert

Ceci n'est pas un consommable.


Ceci n'est pas un consommable. Elle se rapproche de moi et se met à scruter mon visage, ou du moins les parties accessibles à sa vue. « Dis, tu as quel âge ? » me demande-t-elle. Je lui réponds sans pudeur, insistant sur nos trente ans d’écart. Son regard lumineux de petite-fille curieuse se fronce soudain, et au bout de quelques secondes de torpeur, elle ose poser des mots sur ce qui la tracasse : « C’est vieux ou c’est jeune ? ». Nous y sommes. Le voilà, ce pénible dilemme qui, notre vie entière, nous impose de marcher le long d’une crête, ne sachant jamais tout à fait à quel versant nous appartenons. Je suis une ancêtre face à la jeunesse qui pulse dans ses veines, et une enfant, face à ceux qui se languissent dans la solitude des Ehpad. Quelle singulière aventure que notre rapport au temps, le vaisseau de nos angoisses et de nos désirs impatients. Jeune ou vieille, faut-il choisir son camp ? Le temps, dit Bergson, est-ce qui se mesure, alors que la durée est cette donnée intime qui s’explore et se vit. Voilà peut-être une nouvelle lumière éclairant nos espoirs, ne pas s’enrouler dans une jeunesse illusoire, ni dans une vieillesse redoutée, mais croire en une existence durable, en une vie capable d’expérimenter la durée. Endurance du corps et constance de l’âme, deux piliers pour donner un seconde souffle à notre humanité. Car à l’heure où tout s’accélère, où tout se consume et se consomme, où s’effrite et s’effondre, l’audace n’est pas de rajeunir, mais bien de faire durer, nos amours, notre terre, notre courage et nos vies. La longévité comme nouvel eldorado, l’intemporel comme la plus belle des chimères. « Jeune ou vielle, je n’en sais rien. Mais durable, je l’espère ». Je vous souhaite une journée où ne dure que le plus beau. #Bonjour#Matin#Morning#Edito#Age#PhilosophyIsSexy#Philosophie Crédit : @simone_i_jacob

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout