• Marie Robert

Ceci n’est pas un accessoire.


Ceci n’est pas un accessoire. C’est drôle comme on peut tenir bon. Enchainer les heures. Avaler les chagrins. Serrer les dents. Ne pas dormir. Ne pas écouter les douleurs. Rester en apnée. Se dire que ce n’est que passager. Se dépasser. Balayer l’inconfort. Ignorer tous les signaux. Tenir bon oui. Tenir bon, jusqu’à ce qu’on lâche. Ou plutôt jusqu’à ce que le corps lâche. Jusqu’à ce qu’il refuse et se cabre. Ou est-ce que ça se passe ? Est-ce dans le ventre, au niveau des tempes, ou plutôt en irruption sur la peau ? Est-ce les poumons qui se chargent ? Est-ce la lymphe qui ne circule plus ? Est-ce le diaphragme qui se bloque ? Qui dans notre corps organise la rébellion ? La révolte suprême ? Celle de la chair, du sang, des os, qui demandent à être entendus, à devenir autre chose qu’un outil, qu’un objet dont on use, dont on abuse. Le bien-être est un mot valise. Une manière de désigner tant de pratiques qu’on finit par s’y perdre, qu’on finit par oublier que le bien-être comme le mal-être, renvoient l’un et l’autre à une échelle morale qui parfois nous oppresse. Et s’il était temps simplement d’être ? De s’allonger un instant et de regarder ce qu’il se passe dans cet étrange tout qui nous compose. De constater les réseaux prodigieux, qui du fœtus jusqu’à aujourd’hui, nous ont permis d’être ici ? Quelle aventure ! Un jour, on nous mettra dans une boite en bois, qu’on brulera où qu’on enterrera. Un jour, il n’y aura plus aucun ressenti. En attendant, laissons nos cellules transpirer de vie. « J'ai peur que mon corps lâche, que le chagrin si peu visible creuse des galeries à l'intérieur, provoque des ruptures, des zones troubles, des marécages. J'ai peur que s'installent sous la peau des monstres, des hydres à deux têtes, des mutants. Le calme m'indispose, j'aimerais une tempête dans mes cellules, un charivari. Un cyclone sans foi ni loi qui sèmerait la pagaille, jouerait aux quilles. J'aimerais que mon corps prenne la parole, qu'il soupire enfin, qu'il proteste » - Giraud. C’est à ce bruit qu’est consacré mon nouvel épisode de podcast sorti aujourd’hui. Je vous souhaite une journée de passion pour la vie. #Bonjour#Matin (A écouter sur toutes les plateformes).

33 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.