• Marie Robert

Ceci n’est pas toujours souhaitable.


Ceci n’est pas toujours souhaitable. Il y a plusieurs types de phrases qui, à l’instant même où je les entends, me plongent dans un immense malaise. Parmi cette liste effrayante, trône en maître le fameux : « Il faut que je te parle ». Six mots qui d’aussi loin que je m’en souvienne n’ont jamais rien auguré de bon. Dans un autre registre, il y a cette demande, qui me semble de plus en plus commune : « Tu veux que je sois franc ? ». J’ai naturellement envie de répondre « non ». Ce n’est pas tellement que je préfère la flatterie ou l’hypocrisie, c’est simplement que nous sommes déjà suffisamment exposés au chaos, au tumulte, et aux doutes pour ne pas avoir à subir ceux que les autres projettent sur nous. Souvent, on se retrouve encore plus démuni, pris au piège d’un propos qui ne fait que limiter un peu plus notre élan. Sans compter que nous n’avons pas toujours les ressources nécessaires pour y faire face. Et je sais combien il y a des rivages dont nous préférerions ne pas avoir connaissance. Mais il y a quelques jours, j’ai réalisé qu’il y avait une différence flagrante entre le fait d’exprimer une opinion et la véritable franchise. La première prend en otage celui qui est contraint d’être le réceptacle de l’échange. Ce sont toutes les discussions politiques que l’on est obligé d’écouter parce que l’interlocuteur en a décidé ainsi. Tous les commentaires sur notre mode de vie que s’autorisent de vagues connaissances ou de prétendus amis. Ce sont les conseils qui n’ont jamais été sollicités mais que l’on fait semblant d’encaisser avec le sourire. La franchise, elle, est bien différente. Ce n’est pas dire ce qu’on pense, mais dire ce qu’on sait être vrai après une enquête soigneuse. Cela suppose non seulement d’être attaché à la vérité, de la vérifier, mais aussi d’user d’une forme de délicatesse. La franchise est parfois dérangeante, mais elle est souvent un passage qui nous construit et nous aide à nous ajuster. C’est le rôle du pédagogue, du réel ami, du thérapeute ou de tous ceux qui nous aiment suffisamment pour faire de la franchise le terreau d’un lien et d’une rupture. Je nous souhaite d’honorer nos franchises. #Bonjour

90 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout