• Marie Robert

Ceci n’est pas ringard.


Ceci n’est pas ringard. Il y a une notion que j’aime plus que tout au monde, c’est celle de « loyauté ». Et pourtant, en s’y plongeant, on s’aperçoit qu’elle croule sous des couches de poussière et de silences. Aucun grand système philosophique ne lui accorde de place significative, aucune organisation pédagogique non plus. Et je ne crois pas que dans la vie courante, elle soit beaucoup plus représentée. Au mieux on associe la loyauté à un sombre concept qui n’intéresse que les preux chevaliers, les organisations mafieuses, les féodalités, ou encore, le banditisme, en somme des lieux de soumission et de violences archaïques, régis par d’obscurs codes d’honneurs. Il est évident que par loyauté, on se prive de précieux compromis, et d’indispensables changements d’avis. Mais la loyauté n’est-elle que cela ? Ne s’apparente-t-elle qu’à une forme de rigidité butée ? Je ne le pense pas. Étymologiquement, le mot loyauté est un substantif dérivé de l’adjectif loyal. Pourtant, elle n’a pas grand-chose à voir avec la loi, au sens juridique du terme. Ce qui la concerne, c’est plutôt la relation à autrui. En réalité, la loyauté est une manière de se placer face à l’autre, un lien invisible qui attache les hommes entre eux. C’est en elle que naît la fidélité et l’engagement. La loyauté s’incarne dans la parole donnée, dans la garantie d’une conduite fiable. N’est-ce pas magnifique ? Être convaincu de la loyauté de quelqu’un, c’est être certain qu’il ne va pas nous nuire. Et cela est prodigieux. Dans un monde d’adversités, de trahisons, d’amitiés vite crées, et aussi, vite consommées, la loyauté est une marque de panache et de courage. Alors bien sûr, il y a aura toujours des loyautés toxiques, des promesses intenables, des dettes qui nous rongent, et dont il faudra se défaire. Mais peut-être, qu’un instant au moins, nous pourrions considérer la loyauté comme un havre de paix dans un monde insensé. Alors, honorons tous nos gars sûrs, toutes nos sœurs de vie, tous nos alliés dans les tempêtes, tous ceux qui restent là quand le tonnerre gronde et la lumière s’éteint. Je vous souhaite d’être entouré de preux chevaliers. #Bonjour

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout