• Marie Robert

Ceci n’est pas qu’une élection.


Ceci n’est pas qu’une élection. 11 septembre 2001. Il est 15h30, je sors du lycée Rodin après mon cours d’italien, le temps est doux et les dix francs que j’ai dans la poche de mon jean m’offrent l’horizon savoureux d’un café. Quelques mètres à peine avant d’entrer Chez Rachid, rue des cordelières. Mosaïque mauve au sol et odeur de PMU. Le millénaire nous nargue mais porte encore les stigmates d’un monde qui refuse d’être enfoui. Accroché en hauteur, juste au-dessus de la caisse, le poste télé, rivalise vainement avec la playlist d’RFM. A cet instant, la vie est suspendue à la perspective que demain, c’est mercredi, et qu’il n’y a pas cours l’après-midi. Et puis soudain. Le curieux souffle de l’histoire. Celui qui nous murmure que l’inconcevable l’est, jusqu’à ce qu’il finisse par surgir, et vienne s’emparer de nos mémoires. Dix-neuf nous séparent de ce fragment volé au temps. Mais une fois de plus, une fois encore, nos yeux ne cessent d’être rivés sur les Etats-Unis. Pour le meilleur et pour le pire. Pour la honte et l’infamie. Pour les possibles et ses outrages. Pour tout ce qui collectivement nous irrite et nous construit. L’Amérique nous inquiète parce qu’elle nous raconte. Autant qu’elle nous confronte, nous fascine, nous obsède, nous dégoute, nous submerge, nous contrôle, nous conditionne, nous amuse, nous désespère, nous attire, nous envahit, nous émeut. Ce qui se joue ici n’est pas seulement l’avenir d’un pays, et ses conséquences sur autrui, c’est aussi la manière dont le monde extérieur participe à nos vies, s’immisce dans nos biographies. J’aimerais parfois, retourner Chez Rachid, éteindre la télé, et relire les mots de Paul Auster : « Rendre le monde meilleur. Apporter un peu de beauté dans les coins ternes et monotones des âmes. On peut faire ça avec un grille-pain, on peut le faire avec un poème, on peut le faire en tendant la main à un inconnu. Peu importe la forme que ça prend. Laisser le monde un peu meilleur qu'on ne l'a trouvé. C'est ce qu'un homme peut faire de mieux ». Je vous souhaite une journée qui puisse avoir le goût, aussi furtif soit-il, d’un fragment d’un monde un peu meilleur. #Bonjour#Matin#Morning#USA Crédit : @et_pourquoi_pas_

12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout