• Marie Robert

Ceci n’est pas qu’un soupir.


Ceci n’est pas qu’un soupir. Qui n’a pas déjà ressenti de l’exaspération envers des êtres que nous n’avons pourtant jamais cessé d’aimer et de chérir ? C’est un tic verbal qui nous insupporte. Un ronflement qui nous rend dingue. Un geste qui, instantanément, éveille notre agacement. Une manière de placer sa bouche. Des oublis répétés. Des conversations qui nous mettent hors de nous. Des demandes chronophages. Ce sont nos parents, nos maris, nos femmes, nos amis, nos enfants, nos collègues. La somme de ces « petits riens », de ces broutilles qui immédiatement nous placent dans un état second, diluent notre patience, rendent l’autre pénible, nous font exhaler. Comme un bouton qui, à peine enclenché, nous conduit tout suite à l’énervement. Mais comme toujours, que se passerait-il, si nous prenions le temps de regarder ce qui nous exaspère ? Non de le fuir ou de nous agiter, mais de l’explorer ? C’est curieux, car dans la perte et dans l’absence, c’est bien cela qui nous manquera. C’est bien cela qui rendra le vide déchirant. L’ensemble de ce qui rendait l’autre vivant. Ça ne veut pas dire tout supporter avec un sourire figé, ça ne veut pas dire accepter ce qui nous démange, mais peut-être, un instant, prendre la mesure du souvenir. Laisser l’espace pour une mélancolie à venir. Et se rappeler que l’amour se lit aussi à l’aune de ce qui nous irrite. Je vous souhaite une journée où l'exaspération devient jouissance. #Bonjour#Matin#Morning#Amour#Amore#Love#Ahava#Soupir#Exasperation#Agacement Crédit : @lisa.sorgini

26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout