• Marie Robert

Ceci n’est pas qu’un emoji.


Ceci n’est pas qu’un emoji. Il y a peu de temps, j’ai lu une question posée par @susan.oubari . Elle incitait à faire le point sur les gens qui au fil de l’année, nous avaient soutenus, ceux sur qui on pouvait compter. En y réfléchissant, je me suis dit que le soutien était un sujet particulièrement complexe, qui n’avait pas grand-chose à voir avec les effusions, l’affection ou les démonstrations grandiloquentes. C’est étrange comme les réseaux sociaux nous engagent à promouvoir nos liens, nos amitiés, nos rapports. On se poste, on se reposte, on s’affiche. C’est particulièrement vrai pour les adolescents qui déclarent leur amour à grands renforts de cœurs enflammés, mais avouons-le, c’est valable aussi pour les adultes. On rend visible une sympathie, une appartenance, une convivialité. J’adore cela. Et je suis la première à le faire, à user des cœurs rouges comme d’une nouvelle grammaire. J’aime l’amour sous toutes ses déclinaisons, et j’ai tant besoin de douceur que je préférerai toujours une caresse surjouée à un tacle cynique. Pour autant, il me semble que le véritable soutien, est d’une autre nature, et ne réside pas dans l’exubérance d’une manifestation. Il contient quelque chose de pudique et de profond. Littéralement, « soutenir » renvoie à l’idée qu’on aide l’autre à se maintenir dans une position, c’est-à-dire à retrouver son axe. Au sens propre, c’est un socle qui permet de faire tenir debout. Au sens figuré, c’est un appui, une défense, une protection. On peut soutenir de mille façons, logistiquement, financièrement, émotionnellement, mais quelle que soit la modalité choisie, pour devenir un appui, il faut savoir ce dont l’autre a besoin, il faut comprendre le lieu de ses effondrements, entendre ses peines, et saisir son désarroi. C’est loin d’être facile, ce n’est pas une posture, et de temps en temps, c’est même ingrat, mais c’est je crois ce qu’on nomme l’amitié. Ou plutôt l’humanité. Je ne sais pas si je soutiens suffisamment mais je m’exerce chaque jour à repenser mon identité en mesurant la beauté de ce rôle-là. Je vous souhaite d’être des béquilles et des rocs pour permettre au monde de retrouver son axe. #Bonjour C : Inconnu.

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout