• Marie Robert

Ceci n’est pas qu’un bavardage.


Ceci n’est pas qu’un bavardage. C’est comme une sorte de rituel. Il est temps de revenir au langage, de réapprivoiser les codes de la civilisation. « Alors ces vacances ? T’as passé un bel été ? Et la rentrée ? Les enfants ont bien repris ? ». Il y a ces questions que nous posons tous. Ces précieux fragments d’humanité qui nous permettent d’habiller nos relations, d’en faire des espaces riches de mots, sans gêne, ni silence oppressant. C’est en les posant que nous dessinons l’autre, que l’on apprend que certains prennent leur café sans sucre, que les autres adorent le pays basque. C’est l’art du « small talk », cette expression si bien décrite par les anglo-saxons, cette conversation anodine valable en toutes circonstances. Et puis sur un autre versant, il y a les interrogations que nous n’osons pas formuler. Ces demandes qui restent coincées au fond de notre gorge. Ces incompréhensions qui nous laissent sur le carreau de nos doutes, de nos interprétations, de nos peines. Pourquoi votre collègue a décidé de se passer de vous sur ce dossier ? Pourquoi votre sœur préfère louer une maison de vacances loin des traditions familiales ? Pourquoi cette amie a cessé de répondre à vos textos ? Pourquoi votre conjoint détourne son regard ? Pourquoi votre associé a pris une décision qui vous semble illogique ? Le pourquoi n’est pas simple. Pire encore, il est souvent pénible, aride, confrontant. Le pourquoi ne nous arrange pas et c’est bien ça qui est insupportable. Pour le poser, il faut admettre que la réponse ne nous appartient pas, et l’écouter, les deux pieds ancrés dans le sol. Non pas qu’elle ne nous concerne pas, au contraire, mais c’est plutôt que son contenu va peut-être ébranler notre système de valeurs, nos certitudes, notre égo. Alors bien sûr, on préfère parler des avantages de la météo en Méditerranée ou d’une auberge découverte en Grèce. Pourtant, c’est souvent ce « pourquoi », lorsqu’il est réellement tendu vers l’autre, qui nous permet d’avancer, de comprendre, d’améliorer, d’apprendre, de se défendre, de se détacher, d’innover et peut-être d’en rire. Je vous souhaite le plaisir des bavardages et le courage des véritables pourquoi. #Bonjour

40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout