• Marie Robert

Ceci n’est pas notre seule option.


Ceci n’est pas notre seule option. C’est amusant comme on s’attribue facilement un rôle. Dès l’âge où l’on se sociabilise, on tente tant bien que mal, de trouver un créneau disponible dans la jungle qu’est le groupe : l’intello, l’organisée, le beau garçon, la comique, le gaffeur, la fofolle, l’artiste, le bavard, la sympa, le rêveur…etc. Il va de soi que nous ne sommes jamais réductible qu’à cela, mais c’est une partition que l’on choisit, et qui nous convient car elle permet à chacun d’habiter un territoire, de ne pas se sentir menacé, et d’exister sans craindre la menace, sans redouter l’effacement. On grandit de cette manière, en respectant notre partition. La sportive part courir à l’aube et s’inscrit à des compétitions, l’amuseur est prêt à n’importe quoi pour faire rire ses amis, et la cool trouve tous les gens « super cools ». Ainsi va la vie. Jusqu’au jour où la sportive a la flemme, où l’amuseur traverse un chagrin abyssal, et où la cool aimerait formuler une critique un peu salée. Se l’autorisent-ils ? Pas toujours. Parce qu’avouons-le, le rôle, souvent, nous enferme. Parce qu’il est rarement malléable. Parce que Jean-Paul Belmondo, on l’aime en aventurier, et que Jamel Debbouze n’est jamais aussi drôle que déguisé en Numérobis. Parce qu’on s’expose à la terrible sentence du « c’était vraiment mieux ce qu’il faisait avant ». Ici, il n’est pas tellement question du changement, l’enjeu concerne plutôt l’amplitude, les multiples facettes de nos personnalités que nous ne parvenons pas toujours à montrer et que l’extérieur n’est pas toujours prêt à percevoir. Les actuelles reconversions, ou encore, les désirs de déménagements, traduisent cette volonté d’explorer d’autres espaces de notre identité, et de partir en voyage, loin de notre scénario initial. C’est un effort, pour nous-même certes, mais s’en est un aussi pour les autres, car il est facile de formuler des jugements, il est facile de ne pas aimer un livre, un disque, un projet, un plat, une tenue, une coiffure, parce que « diable », ça diffère de ce que l’on connait. Peut-être est-il temps d’ouvrir nos perspectives et d’accueillir celle des autres. Je vous souhaite d’aimer tous les rôles. #Bonjour

76 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout