• Marie Robert

Ceci n’est pas négociable.


Ceci n’est pas négociable. Bien sûr on peut détourner le regard, avouer qu’on est las de ce monde, las de son dysfonctionnement et de ces défaillances. On peut se sentir asphyxié par ces couches de crasse qui, en se succédant, nous ramènent à l’absurdité de notre civilisation. On peut considérer que la barbarie est inhérente à notre histoire et que la brutalité fut l’engrais de notre développement. On peut comploter, défaire, hiérarchiser. On peut dire que tout de même « ce n’est pas si simple ». On peut. Mais quelle que soit l’attitude que l’on décide d’adopter, on ne peut pas nier. Qu’est-ce qu’il y a d’insoutenable dans les images qui ont envahi nos rétines cette semaine ? Qu’est-ce qu’il y a d’innommable dans ces scènes impossibles à justifier ? Au-delà d’un enjeu politique, il y a un enjeu pragmatique, immédiat. Que sommes-nous en train de construire ? Quelle société pouvons-nous envisager si des individus qui protègent deviennent parfois des individus qui blessent ? Dans quel gouffre nous entraine la violence ? Cette violence, mais aussi toutes les autres, quotidiennes, sourdes et pernicieuses ? Hier, dans notre bureau, nous expliquions à Édouard qu’une main sert à caresser, attraper, écrire, jouer du banjo ou faire des ombres chinoises. Qu’une main peut voguer dans les airs, se lever, dessiner, fabriquer, couper des carottes ou des champignons. Qu’une main pense et que les doigts sont des annexes du cœur. Mais jamais, je ne veux lui expliquer qu’une main peut ensanglanter le visage de femmes et d’hommes, briser leur mâchoire et leur ôter le souffle. Je refuse de le faire. Ce n’est ni niais, ni vain. A ceux qui peuvent le justifier, je donne les clés de mon bureau. Pour ma part, c’est aux côtés de ceux qui veulent raconter autre chose à Edouard que je m’allie. A côtés de ceux qui en refusant cette violence, interrogent la leur, la nôtre, celle terrée en chacun de nous. Je vous souhaite une journée où vous pourrez regarder Édouard droit dans les yeux. #Bonjour@lisa.sorgini

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout