• Marie Robert

Ceci n’est pas lassant.


Ceci n’est pas lassant. Il y a une question que je me pose souvent, dans ma vie intime comme dans ma vie professionnelle : comment savoir quel est le bon moment pour se renouveler ? Dans chacune de mes actions, je suis habitée par une double peur, la peur de lasser et celle de décevoir. Parce que j’ai l’impression que la plupart du temps, nous marchons sur un fil, un fil ponctué de paradoxes. D’un côté, la routine nous offre des repères salvateurs, mais elle flirte avec l’ennui. De l’autre, le changement mobilise notre enthousiasme, cependant il peut vite devenir artificiel et désappointer. Cette question me préoccupe car je crois que beaucoup d’expériences que nous jugeons réussies tiennent à cette affaire de « bon moment ». J’ai toujours été admirative des artistes qui arrêtaient leur carrière en plein succès, considérant qu’ils avaient tout dit, ou des chanteurs qui proposaient des albums en rupture avec leur ancrage originel sans crainte de perdre leur public. Mais entre routine ou rupture, est-ce qu’il n’y a pas une troisième voix ? Il existe un terme, que l’on trouve dans la philosophie du danois Kierkegaard, c’est le mot : « Gjentagelse ». C’est un concept central de sa pensée, et il peut être résumé par l’idée de « répétition ». Il est question de recommencer quelque chose qu’on avait arrêté. Mais il ne s’agit pas pour autant de faire exactement la même chose, car le mot désigne la modalité inédite, sous laquelle la chose resurgit. Le « Gjentagelse » est un second commencement. En somme, l’enjeu est de faire pareil mais autrement. Répéter en ajustant, en faisant les variations qu’il faut pour que ça change et que ce soit mieux. C’est une sorte de perfectionnement, mais c’est aussi la possibilité, chaque jour, de voir l’inédit de nos vies. Sortir du duo routine et rupture, en préférant la douceur de la variation. Chercher la nouveauté, ce n’est pas courir après l’inconnu, c’est parfois être capable d’une infime transformation. C’est la liberté de ne pas se sentir figé, ni dans son corps, ni dans sa vie. Je vous souhaite une journée de lumineuses fluctuations. #Bonjour

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout