• Marie Robert

Ceci n’est pas forcé.


Ceci n’est pas forcé. L’autre jour, j’ai lu un article qui publiait des statistiques sur l’amour et l’été. L’un des constats majeurs était que les couples se formaient plus souvent en saison estivale. Comme si, en juillet-août, quelque chose dans l’air en appelait à la sensualité ou que le changement de décor des vacanciers les autorisait un peu plus à s’ouvrir. Mais qu’il s’agisse d’un amour de vacances, d’une histoire sans lendemain ou d’un coup de foudre pour la vie, ni l’un ni l’autre ne peuvent faire l’économie d’une étape, celle qui permet à deux étrangers de dessiner les contours d’une future intimité. La séduction est ce curieux fil tissé de lieux communs, de romantisme fébrile et de maladresses adorables. Pourtant, aussitôt écrit et déjà le terme questionne. Les clichés qui lui sont rattachés donnent la nausée et les figures du Don Juan ou du Casanova dérangent. Alors, la séduction est-elle vouée à sa disparition ? La drague de plage est-elle condamnée à être lourdingue ? Séduire implique-t-il nécessairement une relation de domination ou de duperie ? Au fond que veut-dire « séduire » l’autre, n’est-ce pas une façon aussi de se plaire à soi-même ? Dans le dernier épisode de mon podcast, j’ai essayé d’interroger ces perspectives, et de me demander si finalement, la séduction ne pouvait pas être reconsidérée. Le philosophe Gilles Lipovestsky, fait partie de ceux qui lui redonne du panache, il appelle à la cultiver, avec intelligence et discernement, plutôt qu’à la caricaturer. En le lisant, on saisit que « plaire et toucher », est bien autre chose que posséder et dominer. Car pour toucher l’autre, encore faut-il l’observer, le comprendre, le considérer, ouvrir grand les yeux, en somme, le respecter, pour peut-être tenter de l’émouvoir. Et si séduire, c’est attirer l’autre vers soi, c’est surtout parce qu’on rentre en dialogue avec lui, qu’on accepte de le regarder et d’être regardé, qu’on offre à deux corps et à deux âmes la possibilité de se sentir, et de se rencontrer, dans un lumineux consentement, dans une vague de désir partagé. Je vous souhaite un éternel été. #Bonjour@les.podcasteurs ❤️

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout