• Marie Robert

Ceci n’est pas fiché.


Ceci n’est pas fiché. « C’est quoi ton 06 ? ». C’est drôle le nom que l’on donne aux gens lorsqu’on enregistre leur numéro dans notre téléphone. Bien sûr, on peut se contenter d’être formel, en indiquant juste un nom, ou encore s’échanger une fiche qui remplit tout automatiquement. Mais parfois, pour marquer la distinction, lorsque le prénom est très commun, il faut ajouter un signe, un adjectif, une localisation, qui précise de quelle personne il s’agit. C’est ainsi que dans ma vie, j’ai été désignée par plein d’appellations différentes : Marie Fac, Marie Marseille, Marie Philo, Marie sœur de Guillaume, Marouchka, Marie Directrice, Marie Rodin, Marie la Grande…etc. Ce qui est valable pour moi, l’est pour nous tous. Au moment où l’on rentre ces mots sur l’interface, on ne sait rien de ce que va devenir la relation. Et je crois que c’est ce qui me fascine le plus. Ce point de bascule, ces quelques minutes avant que l’histoire s’écrive, avant que l’inconnu devienne familier, avant que la vie nous fasse vivre ses aléas, avant que les épreuves nous séparent ou nous soudent, avant que les certitudes s’effritent, ou que les cœurs se lient. Quels sont les numéros que nous aurons toujours dans notre répertoire ? Ceux qui nous suivront d’un téléphone à l’autre ? D’une existence à l’autre ? Ceux dont on ne prendra pas la peine de modifier le nom alors même que les modalités ont changé ? Ceux qu’on fera tout pour ne pas voir ? Je suis émue par le toujours, par l’idée qu’il puisse exister des liens que rien ne peut défaire. Par la perspective qu’il y ait sur terre, des individus à qui l’on puisse écrire ou que l’on puisse appeler des années après les avoir rencontré, sans gêne, ni hésitation. Je ne suis pas très à l’aise avec les séparations, bien qu’elles soient parfois nécessaires, mais la plupart du temps, nos désaccords viennent simplement de récits qu’on ne parvient plus à concilier, on ne se fait plus assez de bien, alors il faut changer la donne. Mais ça ne signifie pas effacer le numéro. Ce matin, je chéris tous ces êtres qui naviguent dans mes contacts, je les remercie de faire partie de mon histoire. Je vous souhaite vous aussi d’aimer vos répertoires. #Bonjour

27 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout