• Marie Robert

Ceci n’est pas du vent. « Il parait que ».


Ceci n’est pas du vent. « Il parait que ». Trois mots. Comme une obsession. Comme un sauvetage. Il parait que c’est vrai. Il parait que c’est faux. Il parait que demain ne sera pas aujourd’hui. Il parait que ça fermera. Non, il parait que ça ouvrira. Il parait que c’est novembre, décembre, janvier. Il parait qu’il n’y aura plus de Noël. Les langues échafaudent. Les téléphones frémissent. Difficiles de ne pas être tentés, de ne pas céder à notre curiosité afin de faire taire notre inquiétude. Il faut savoir pour ne pas sombrer. Savoir pour tenter de maîtriser ce monde dont le flou nous obsède. La rumeur rampe et nous fait divaguer. Un éclair, une respiration, y croire, quelques instants au moins. Qu’importe qu’elle soit douteuse, tant que l’information se partage, et que le vent se lève dans nos mots, pour mieux nous changer les idées. Mais n’avons-nous que la rumeur pour nous relier et nous rassurer ? J’ai la certitude que nos jours méritent un autre habit que nos ragots. A l’ivresse des commérages, je préfère la puissance de la tendresse. Un appel, un texto, une caresse, une déclaration, qui en d’autres temps, aurait peut-être semblés déplacés, mais qui aujourd’hui ont l’évidence des urgences. La tendresse plutôt que le bruit. Cette étrange fusion d’amour et de douceur, qui flirte avec l’abandon. Répondre à la brutalité par cette ouverture à l’autre, qui n’est pas qu’un sentiment, mais une conviction, et même une résistance. Oser affirmer nos tendresses sans craindre de la niaiserie, et prendre soin de l’autre par nos verbes. Saisir la beauté d’un « tu me manques » dont la force est plus grande qu’un illusoire bourdonnement. Je vous souhaite un dimanche d’infinie tendresse. #Bonjour#Matin#Morning#Rumeur#Tendresse#Philosophie#PhilosophyIsSexy#Dimanche

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.