• Marie Robert

Ceci n’est pas décoratif.


Comment se fait-il que des lieux nous attirent ? Que d’autres nous dégoûtent ? Et qu’en rentrant dans certains espaces nous ayons la sensation surprenante d’être à notre place ou à l’inverse de devoir les quitter précipitamment ? Ce n’est pas une question de décor, c’est le fruit de cet impalpable que l’on nomme « atmosphère » et qui vient du grec signifiant "vapeur". L’atmosphère nous entoure et fait que nous nous sentons bien là plutôt qu’ici. Rien de plus immédiatement présent, rien de plus partagé, que cet indescriptible qui caractérise un appartement, une fête, un restaurant, une ville, une famille, et qui vient même habiter nos souvenirs. Car finalement, ce qui souvent reste gravé dans nos mémoires, ce ne sont pas tant des détails, qu’une sensation confuse de bonheur, d’ivresse, de confort, de gêne…bref, une atmosphère. Pourquoi une telle importance ? Pourquoi nous ne pouvons pas en faire l’économie ? Parce que l’atmosphère dialogue avec notre chair, qu’elle s’adresse à elle. « Avant même de savoir ce que nous vivons, nous expérimentons avec notre corps une relation dans un espace ; avant même que nous ne puissions nommer ce qui se passe, notre corps a déjà, involontairement, déterminé ce qui lui plaisait ou ce qu’il fallait fuir » écrit Céline Flécheux. Ces sensations ne restent pas enfouies inconsciemment. Elles s’immiscent fortement en nous. Elles se font ressentir comme une présence physique consciente. Apprendre à les reconnaitre, à les considérer, à les respecter, c’est peut-être la façon la plus pertinente pour découvrir quelles atmosphères nous conviennent, et au bout du compte, trouver notre place dans le monde. Je vous souhaite une journée où votre corps est heureux là où il se trouve.

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout