• Marie Robert

Ceci n’est pas éteint.


Ceci n’est pas éteint. Hier, je suis tombée sur un article de Philosophie Magazine qui évoquait notre incroyable amour pour les feux de cheminée. Une passion telle qu’elle conduit certains d’entre nous, à défaut d’un âtre, à diffuser des versions digitalisées sur leur téléviseur comme un spectacle hypnotique pour citadins en mal de beauté. Mais pourquoi aimons-nous tant les feux ? Pourquoi est-ce qu’il y a quelque chose de si rassurant à l’idée de contempler du bois en train de brûler ? Il y a bien sûr cet appel des sens, ces contrastes pour la vue, ces sarments qui crépitent, cette odeur singulière. Il y a la conscience de la saison, du repli, l’idée d’une introspection, et cette chance prodigieuse d’être à l’abri, la gratitude profonde de ne pas subir le froid, de ne pas faire face à la menace. Mais peut-être qu’il y a plus encore, peut-être que cette flamme nous ramène aux prémices de nos fragiles origines. Nous avons survécu car nous nous sommes réunis près du feu, car nous nous sommes rassemblés autour d’un foyer commun. Nous avons survécu parce que nous avons parlé, murmuré, raconté. Parce que nous avons fait danser les fantômes dans les ombres. Parce que nous avons espéré que le jour se lève. Parce que nous nous sommes blottis. Parce que nous avons chanté et soigné. Parce que dans la lumière des flammes, nos visages devenaient semblables. Rousseau, dans son Essai sur l’origine des langues, écrit que ce qui brûle dans la cheminée symbolise « le feu sacré qui porte au fond des cœurs le premier sentiment de l’humanité ». Alors sans doute que le temps est venu de nous en rappeler. Ces jours-ci je lis et j’entends des choses odieuses, des appels aux oppositions, aux stigmatisations, des caricatures faciles et des raisonnements abscons, à défaut de pouvoir y répondre, je choisis de me blottir près du feu, un feu métaphorique, produit par nos étincelles de solidarités, de savoirs et de courage. Un feu autour duquel on accueille, on transmet, on construit. Je nous souhaite de rallumer la flamme. #Bonjour

42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout