• Marie Robert

Ceci n'est pas économe.

Ceci n’est pas économe. L’autre soir au cours d’un dîner, des amis m’ont raconté un concert qu’ils avaient vu dernièrement. Il s’agissait en l’occurrence de celui d’Alicia Keys. Ils m’expliquaient que les premières chansons étaient parfaitement exécutées, maîtrisées, calibrées, qu’elles avaient tout d’un show, élégant et léché. Pourtant, malgré la perfection évidente, il demeurait dans ce début une sorte de froideur qui malgré la qualité, laissait le spectateur à distance. Et puis soudain, au milieu d’un morceau, sans prévision particulière, à la reprise d’un refrain, « quelque chose s’est passé ». Et cet « indéfinissable » à transformé la performance artistique en un vécu intense, se déployant partout dans la salle. Alicia Keys avait cessé « d’exécuter » pour vivre sa musique, pour la transmettre et pour la partager. J’ai profondément aimé cette idée. Et je me suis demandée si elle n’était pas applicable à tous les domaines de l’existence. J’ai donné des dizaines de cours en agissant comme une bonne élève, mais les moments de grâce sont nés de ceux où en tant qu’enseignante, j’ai trébuché, où j’ai admis mon ignorance, où j’ai laissé de l’espace à ceux en face de moi. Il me semble qu’ici la liste des exemples pourrait se déployer à l’infini. Les acteurs, les sportifs, les amants, les orateurs, les auteurs, les entrepreneurs, qui enfin, sortent de l’exercice pour se donner totalement sont ceux qui deviennent inoubliables. Et le raisonnement est le même dans notre quotidien. C’est lorsqu’on cesse de séduire, de calquer, d’imiter, de prévoir, de travestir, qu’on accède à une autre amplitude, et qu’enfin, on rejoint celui en face de nous. Il ne s’agit pas de tomber dans l’épuisement, mais il s’agit littéralement de ne pas s’économiser, de ne pas redouter ce que ça suppose de s’abandonner à l’instant. Qu’importe la réaction en face, qu’importe la crainte du ridicule. C’est dans cette ivresse, dans cette présence totale, que se cache notre justesse. C’est dans cette sincérité que l’on réussit, simplement parce qu’on parvient, enfin, pour une minute au moins, à faire de notre singularité une fierté. Je vous souhaite une salle pleine. #Bonjour Credit : @ashleygrahamC


42 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout