• Marie Robert

Ceci est une urgence.


Ceci est une urgence. Sur mon tout premier cahier de philo, au mois de septembre de l’année 2002, j’avais choisi d’écrire cette phrase de Sénèque : « Ne rien considérer comme plus utile que l’éducation des enfants ». C’est amusant de constater qu’aujourd’hui encore je pourrais réaffirmer exactement le même choix. Je traverse souvent de vives angoisses, et la situation actuelle, écologique, politique, économique et sociale, n’arrange rien. La seule chose qui me tient debout lorsque le vertige devient suffoquant, c’est de continuer à croire en l’éducation, ce fragile et indispensable socle. L’éducation ne concerne pas que les profs et les parents, loin de là, elle est tout ce qui nous reste quand nos convictions se brisent sur les récifs de la violence. Education est un mot récent, autrefois, on disait « nourriture ». Et c’est en effet cette substance qui donne à vivre une vie authentiquement humaine. On n’éduque pas l’enfant pour qu’il le reste, on ne l’éduque pas non plus pour qu’il soit un travailleur et un citoyen docile, on l’éduque pour en faire un Homme, c’est-à-dire un être capable de communiquer et communier avec d’autres individus, un être capable d’être acteur de son environnement, d’y vivre sans le saccager, afin que « quelque chose » perdure et permette la continuité de cette longue odyssée qu’est l’humanité. Ce qui doit être mis au centre de nos sociétés, c’est le sens de l’humain et de la dignité humaine. La tâche est immense, redoutable, mais vitale. Et nous nous devons de soutenir plus que jamais, ceux qui font le choix courageux de l’exercer. Etre bienveillant à l’égard de l’enfant, c’est l’être à l’égard de ceux qui transmettent. C’est un enjeu qui dépasse de loin les clivages politiques et les commentaires, c’est l’unique tremplin que nous avons pour rendre ce siècle un peu moins accablant. Aujourd’hui, je commence un nouveau parcours de cours en ligne sur la question, mais celui-là, j’ai envie d’en faire un cri de ralliement. Il est temps de mettre nos exigences et nos questionnements au bon endroit. Je vous souhaite de tout mon cœur de saisir qu’on nourrit l’avenir dans nos salles de classes. #Bonjour@lisa.sorgini

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout