• Marie Robert

Ceci est une urgence.


Ceci est une urgence. Je ne parle pas souvent d’éducation, alors même que c’est le cœur de mon métier. Sans doute, est-ce parce que je n’aime pas beaucoup les méthodes et la somme de diktats dont on submerge les parents qui, pour la plupart font déjà ce qu’ils peuvent. On peut éveiller, interpeller, accompagner, alerter, mais au bout du compte, la seule chose qui compte dans les familles, ce n’est pas le nombre de bonbons mangés dans la semaine, c’est l’amour et la confiance avec lesquelles on regarde ses enfants et la cohérence dans laquelle on les fait grandir. Le reste appartient à chacun, avec ses possibles, ses moyens, sa culture, sa propre transmission. En revanche, il est sans doute important que parents ou non, nous prenions la mesure de ce que suppose cette mission. L’éducation est plus qu’un socle, c’est l’enjeu même de notre société et de notre avenir. On peut agir au présent, mais éduquer, c’est se donner la force d’agir au futur. C’est comprendre que nos modes d’existence sont des systèmes et qu’il est possible d’en changer. On peut apprendre la politesse, on peut aussi apprendre à prendre le temps, à infuser, à regarder, à respecter, à ne pas frapper, à être autre chose que des consommateurs avides d’achats, de performance et de compétition. J’ai souvent été marquée par la justesse de la « slow éducation » qui refuse l’accumulation stérile de connaissances au profit de la qualité qui demeure la seule excellence. L’éducation n’est pas qu’une lubie de milieux privilégiés, elle est une urgence politique qui nous concerne tous. « Nous avons besoin d’une humanité qui pense, qui crée, qui s’engage, qui partage. Il faut montrer aux jeunes qu’il existe d’autres sources de plaisir que l’acte d’achat. On ne combattra la séduction de la consommation qu’avec le concours d’autres formes de séduction plus riches. La culture au sens large doit reprendre ses droits, à travers le cinéma, la danse, la peinture, la photographie, la musique, la pensée. La consommation ne peut pas tout apporter, elle devient un fétiche lorsqu’on a rien d’autre » - G.Lipovetsky. Je nous souhaite d’être grands pour nos petits. #Bonjour Merci pour l’extrait @the_greenimalist

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout