• Marie Robert

Ceci est une tribu.


Ceci est une tribu. Presque tous les jours de ma vie, quel que soit l’heure où débuta la nuit, je me réveille naturellement vers 6h, et sans plus attendre, je me mets à écrire. Je commence d’abord par les lignes que je dépose ici, ensuite, j’envoie un message à ma maman adorée, et la plupart du temps, je termine cette ronde de l’éveil en écrivant à « mon équipe », celle réduite à son strict minimum, que forme Amanda, Ioana et Sophie. Ma bande de marseillaises. Rituel immuable, sentiment curieux que quoiqu’il arrive, ces gestes m’ancreront dans l’existence, malgré le flux insatiable des jours. Lorsque j’utilise l’expression « mon équipe », je souris de la faiblesse du terme qui ne raconte rien de ce que nous sommes, qui ne dit pas grand-chose de nos liens. Il s’avère que l’on travaille ensemble, mais nous avons décidé que le travail allait être celui d’une vie. Alors, dès l’aube, les mots fusent, déconstruits, triviaux, pragmatiques, drôles, émouvants, ou insensés. Il est parfois question de matériel à commander, d’autres fois, de maçon qui porte des tongs, de crises de larmes, de rangement d’étagères, de pâtisseries, de désaccords, de fantômes du passé, ou d’histoires de mètres carrés. Il n’y a souvent pas de « bonjour », comme si nous évitions ainsi le déchirement des « au revoir ». Depuis des années maintenant, nous sommes les témoins de notre quotidien, c’est bien autre chose que d’être amies, copines, ou collègues, c’est la force du lien que rien n’altère. On ne se doit rien parce qu’on se doit tout. Qui sont ces individus qui forment le ciment de nos journées ? Ceux dont on oublie qu’il y eut un monde avant eux ? Lorsque Platon décrit les différentes formes d’amour, en plus de « l’eros », l’amour érotique, la « philia », socle de l’amitié, et « l’agapé », l’amour universel, il évoque, la « storgê » qui désigne la singulière émotion réunissant ceux qui ont, les uns pour les autres, une attention inconditionnelle. C’est bouleversant d’imaginer qu’on puisse rencontrer ce sentiment. Je vous souhaite de trouver vos mousquetaires, et je m’en vais écrire aux miennes. #Bonjour@amandaceselia@zzaply@emitanger

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout