• Marie Robert

Ceci est une symphonie.


Ceci est une symphonie. « C’était tellement drôle », « Tu es belle », « J’ai adoré ta tarte aux poireaux », « C’est incroyable ce que ça te va bien », « Je suis très admiratif de ce que tu as fait », « Tu es radieux ce matin ». Qu’importe la formule, il y a toujours quelque chose de joli dans un compliment. C’est infiniment touchant d’imaginer que quelqu’un prend le temps de formuler ces mots qui n’ont pas d’autre but que de souligner qu’on a fait attention à l’autre, qu’on l’a regardé et que ce regard nous a conduit à une pensée. Pourtant, malgré leur beauté, les compliments n’ont pas une trajectoire facile. Combien d’entre nous n’osent pas les faire ? Et combien d’entre nous ne parviennent pas à les entendre ? D’un côté, on redoute l’impudeur, l’inapproprié. N’est-ce pas cavalier ou intrusif ? N’est-ce pas déplacé ? De l’autre, on ressent un étrange mélange de gêne et de perplexité. Est-ce que la personne est sincère ? Qu’attend-elle de moi ? Derrière les compliments, il y a toujours le spectre de la flatterie, de la belle parole semée au vent, comme si le flatteur ne cherchait qu’à masquer la véritable intention, et qu’il nous caressait en espérant affaiblir notre jugement. Coincé entre ces deux écueils, le compliment se retrouve souvent pris en otage de notre éducation. On le pense, mais on le tait. Alors bien sûr, toutes ces craintes sont légitimes. Il y a des compliments pervers, des compliments sirupeux, d’autres faux et maladroits. Mais rien de tout cela ne doit occulter ceux qui jaillissent du plus profond de nos cœurs. Que se passerait-il si on savait les dire et si on acceptait de les mériter ? Si au lieu de nous balancer nos critiques au visage, on savait se signifier notre amour avec autant d'intensité ? Si on faisait tinter ces paroles, si on s’éclaboussait de délicatesse, d’attention ? Si on arrêtait de jalouser, de redouter, de se fermer pour se célébrer ? Si on se risquait à exprimer et à recevoir ? C’est sans doute naïf, facile, simpliste, mais honnêtement ces derniers jours, je n’ai pas d’autres ressources que celles-ci. Je vous souhaite l’audace des louanges. #Bonjour

43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout