• Marie Robert

Ceci est une symphonie



L’une des plus grandes sources de plaisir dans la musique, indépendamment de l’harmonie, de l’expression ou de la qualité de la voix, réside dans les motifs qu’elle propose. On s’attache à un morceau ou une chanson à travers ses répétitions ou à l’inverse, par le biais de ses ruptures entre une gradation rapide et une variation lente. La beauté d’une mélodie provient de son mouvement, de sa vivacité, de sa variété. Mais est-ce qu’il n’y a pas quelque chose de semblable à cela dans nos existences ? Est-ce que ce n’est pas ce curieux mélange entre répétitions et ruptures qui donne à notre quotidien sa sonorité ? Nous redoutons la répétition pour le poids de l’habitude, et la rupture pour ce chavirement vers l’inconnu. Pourtant c’est ensemble qu’ils sont capables d’éblouir, de produire de l’inoubliable. Notre cadence imparfaite et désordonnée d’un matin froid n’est qu’un fragment, un passage vers un autre son, une autre saison, et c’est ainsi de césure en césure, qu’ils forment un cycle qui enveloppe, bouleverse, étourdit. Aimons nos cadences, toutes nos cadences, elles forment notre précieuse symphonie de vie

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Philosophy is sexy.