• Marie Robert

Ceci est une respiration du cœur



Un soupir. Tant d’émotions pour un seul souffle. Soulagement, désespoir, impuissance, espérance parfois. Le soupir est souvent associé à un état d’âme passager. Mais il s’agit en réalité d’un surprenant mécanisme respiratoire. En moyenne, une personne soupire toutes les cinq minutes, soit douze fois par heure. A quoi servent tous ces murmures ? Nos poumons sont composés de millions d’alvéoles, qui permettent les échanges gazeux entre l'organisme et l'air extérieur. Parfois, certaines cessent de fonctionner correctement, mais seule une respiration profonde permet alors de rétablir une activité normale. Et ce n’est pas tout. Le réseau qui contrôle cette remarquable symphonie de la respiration est fait de plusieurs types de neurones. Chaque neurone fonctionne comme un bouton qui provoque une manière de respirer. Un bouton programme la respiration régulière. L’autre, le soupir. Lorsque nous sommes sujets à un trouble, nos neurones déclenchent une poussée moléculaire qui active ce dernier. Une curieuse soupape. Un moment volé à l’effervescence d’une situation. Quelques grammes d’air pour reprendre ses esprits. Retrouver un juste espace. Le soupir, un cri du corps qui soutient notre âme. Bref. Un cadeau à se faire. « Cœur qui soupire n’a pas ce qu’il désire. Cœur content soupire souvent ». Bref soupirons !

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout