• Marie Robert

Ceci est une reprise.


Ceci est une reprise. Voilà. Cette fois-ci, c’est réellement fini. L’année est inaugurée et les célébrations ont fait leur dernier tour de piste. Nos rétines sont remplies d’images variées habitant nos fils digitaux. Dans la vie des autres, il y eut des tables bien pleines, des robes pailletées, des forêts solitaires, des dizaines de tests positifs, des pistes de ski, des soirées au lit, des bords de mer, des enfants déballant des paquets, et souvent, des horoscopes amusants censés nous rassurer sur ce que l’avenir nous réserve. Quel lien singulier que celui que nous créons ici, un kaléidoscope qui étend nos périmètres d’expérience et qui donne à l’ailleurs un goût familier. Que va-t-il se passer maintenant ? Comment allons-nous traverser cette étrange rentrée de janvier ? Je crois qu’il y a dans l’air un sentiment bizarre. Le soulagement que la normalité reprenne son cours, et que l’on se mette à l’ouvrage, et en même temps, il y a aussi la conviction résignée, que nos journées ne tournent plus tout à fait rond, comme si les casseroles avaient été rangées dans un autre placard. Alors quand je me demande comment habiter tout cela, comment ne pas céder au découragement, je me dis que ce que nous créons ici prend tout son sens, car on continuera à tisser des solidarités mystérieuses, à partager des inspirations emballantes, des idées rassurantes, et la beauté du vivant dans toute sa variété. D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé descendre dans la rue et regarder la rumeur du monde défiler devant moi. Alors certes, il faut apprendre à voir, il faut parfois choisir son angle, et de temps en temps accepter de changer d’axe, mais l’idée qu’il existe des âmes tout autour, et que malgré tous nos malgré, nous soyons liés, est une des perspectives les plus émouvantes que je connaisse. Alors ce matin encore, j’aime descendre dans nos rues virtuelles pour m’émouvoir de vos existences, et constater, qu’ensemble, on redonne ses lettres de noblesse à un réseau qui se veut « social ». Dans ce chaos, je me réjouis d’avoir comme repère le privilège d’être spectatrice de votre quotidien. Je nous souhaite de jolies promenades à partager. #Bonjour@vickydaze

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout