• Marie Robert

Ceci est une révélation.


Ceci est une révélation. Il y a une chose qui m’émeut, c’est que nous sommes nombreux à tenter d’être des individus éthiques. Alors évidemment, pas toujours, pas tout le temps. Mais disons qu’à de très nombreux instants de notre vie, nous sommes confrontés à des décisions éthiques et que dans la plupart des cas, ces prises de décisions, aussi nombreuses soient-elles, sont animées par une volonté très évidente : « agir du mieux possible ». Par exemple, si l’on voit quelqu’un faire tomber un billet de sa poche, presque immédiatement, on se précipite pour le ramasser et lui rendre. Nous prenons, sans même nous en apercevoir, une décision éthique. Sauf que parfois, ce n’est pas aussi limpide, c’est même infiniment compliqué. Cela nous vaut des nuits sans sommeil et des réveils pâles. Car prendre une décision éthique, c’est choisir, et c’est ici que l’enfer commence. Cela implique un long processus par lequel on détermine une action plutôt qu’une autre. Cet acte suppose l’existence de la liberté, car avoir le choix, c’est être libre d’hésiter entre plusieurs options pour en préférer finalement une. C’est considérer que nous avons le pouvoir d’orienter le cours de notre existence. Choisir, en somme, c’est tailler dans le vif et poser un acte volontaire pour modifier le cours des choses. Pour choisir, nous devons avant tout délibérer. Nos esprits se mettent en mouvement pour comparer, évaluer, et finalement juger de la valeur de notre décision, selon des critères du bien, ou du moins, préférable. Si l’on surprend le compagnon de notre meilleure amie embrasser quelqu’un d’autre, faut-il lui en parler ? Et si oui, en vertu de quelles valeurs ? Quelle que soit l’issue de notre décision, nous agirons en fonction de ce que l’on juge momentanément être le « bien ». Et je crois que le point qui me fascine, c’est précisément cette aridité-là, ce moment où notre liberté se transforme en immense responsabilité. J’ai une tendresse infinie pour nos tentatives. On les regrette parfois, mais à l’instant où on les formule, nous bataillons, nus et humbles, face à un monde complexe et mouvant. Je vous souhaite de trancher du mieux possible. #Bonjour Credit : Éric Fricke.

28 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout