• Marie Robert

Ceci est une quête.


Ceci est une quête. Ces temps-ci, je suis un peu tendue et je me pose de nombreuses questions sur la manière dont nous évoluons ensemble, sur nos rapports, sur ce que nous sommes capables de faire et d’engager, pour être en lien les uns avec les autres, et pas seulement pour satisfaire notre bonheur personnel. Et forcément, lorsqu’on a l’opportunité, comme moi, de fréquenter des enfants quotidiennement, c’est encore plus fascinant, ou peut-être, encore plus vertigineux : que pouvons-nous leur donner pour qu’ils parviennent à devenir des êtres épanouis, nuancés, mesurés, aptes à coopérer ? Pardonnez-moi l’expression, mais comment faire en sorte qu’ils ne deviennent pas des « gros cons ordinaires » ? De ceux que l’on croise chaque jour, et qui, par la médiocrité de leurs remarques et leur égoïsme, nous donnent envie de quitter cette civilisation à la dérive ? Je me pose la question et je peine à répondre. Il y a un terme en espagnol, utilisé en particulier par les familles mexicaines, afin de décrire les enfants prenant plaisir à aider, sans qu’on leur demande. On appelle ça être « acomedido ». Dans son ouvrage, « Chasseur, cueilleur, parent », la journaliste Michaeleen Doucleff, définit parfaitement le terme : « il ne s’agit pas seulement d’accomplir une tâche ou une corvée parce qu’on vous a dit de le faire, ou parce qu’on vous récompense, mais de savoir quelle est l’aide appropriée à un moment donné, parce que vous êtes attentif ». C’est donc parce qu’ils prêtent attention à leur environnement réel, à ce qu’il se passe autour d’eux, que ces enfants parviennent à reconnaître quand une tâche précise doit être effectuée. « Etre attentif », un graal, qui se conquière dès l’enfance, qui se travaille, qui s’entraine. « Etre attentif » suppose de sortir de soi, d’observer, de ne pas attendre de l’autre mais de prendre le temps de le comprendre, et d’en saisir les besoins. En lisant cela, je me suis dit que tout cela n’était pas qu’une question d’éducation, ni même de transmission, mais bien un enjeu de société, et peut-être de civilisation. Moi aussi je veux être « acomedido ». Ou du moins tenter. Je vous souhaite de soigner votre attention. #Bonjour@lisa.sorgini

19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout