• Marie Robert

Ceci est une puissance.


Ceci est une puissance. Il n’y a pas longtemps, j’ai vu une amie pleurer de l’autre côté de la table. Constater la souffrance des gens qu’on aime est une expérience particulière. Littéralement déchirante. Un de ces instants qui brisent notre cœur en deux et qui rend organique la peine. C’est insupportable. Le chagrin des êtres aimés est plus dur à vivre que nos propres errances. Mais paradoxalement, c’est aussi cette capacité d’accompagnement, cette faculté de perception, qui développe notre humanité. La volonté de consolation décuple nos forces. On veut soulager, résoudre, soulever les océans et ce qu’il faut de montagnes. On veut organiser, réparer, effacer, bâtir des monts et des merveilles pour qu’enfin les larmes s’arrêtent. En y pensant je me suis dit que l’empathie était sans doute l’un de nos pouvoirs les plus bouleversants. Le terme a souvent été galvaudé, maltraité, déformé, et pourtant, il est le ciment de nos affinités. Formé à partir d’une racine grecque qui mêle le « en » de l’intérieur et le « pathein » qui signifie sentir. L’empathie est une manière de connaître autrui par communion affective, en se mettant à sa place, c’est-à-dire, en étant apte, un moment au moins, à quitter notre corps et notre esprit, pour se lover dans la pensée de celui qui nous fait face. La sympathie se fonde sur un partage effectif de valeurs, tandis que l’empathie est un chemin étrange, le centre de notre vie affective. Elle ne s’explique pas, ne se commande pas. Elle est une alliance viscérale. Et surtout, elle autorise le déploiement total de nos émotions. Ce n’est donc pas une petite posture facile qui conduit à un rapide « oh quel coup dur », c’est une véritable exploration humaine. La preuve que nous avons en nous ce moteur-là, cet interrupteur qui ne demande qu’à être allumé. « Tout ce qui m'arrive d'important et tout ce qui donne à ma vie son merveilleux contenu : la rencontre avec un être aimé, une caresse sur la peau, une aide au moment critique, le spectacle du clair de lune, le frisson devant la beauté, tout cela se déroule en dehors du temps » - S. Dagerman. Je vous souhaite d’honorer nos communions. #Bonjour Credit : ?

30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout