• Marie Robert

Ceci est une prophétie passée.


Ceci est une prophétie passée. S’il y a une chose que je déteste par-dessus tout, c’est d’ajouter du bruit au bruit. La surenchère m’oppresse et l’évidence a ceci de particulier qu’elle n’a pas besoin d’être soulignée. Je sais combien nos esprits croulent déjà sous l’angoisse abyssale suscitée par l’actualité, alors ce matin, à défaut de lire des articles sur l’Amérique et ce qu’elle traduit de ce monde insensé, j’ai préféré penser à Yves Coppens, qui est mort cette semaine. Yves Coppens était paléontologue et professeur au Collège de France. Sa renommée lui venait en partie d’une femme, une certaine Lucy, une australopithèque, vieille de 3,2 millions d’années, dont le squelette avait été découvert en 1974 en Éthiopie lors d’une mission internationale qu’il codirigeait. Il a fait partie de ceux, qui inlassablement, dans leurs travaux, ont raconté l’histoire de l’humanité, cette curieuse aventure qui nous emmène, loin dans l’Afrique tropicale, sur des terres à la fois riches et dépourvues de tout ce que nous connaissons aujourd’hui. C’est dans cet inconnu, dans cet extrême ailleurs, que vers 10 millions d’années, une des branches des primates supérieurs s’est divisée en deux voies, distinguant, d’un côté, les préchimpanzés, et de l’autre, les préhumains. Ces derniers étant capables de se redresser et de tenir sur leurs deux pieds. C’est ainsi que Toumaï, Orrorin, et les australopithèques, sont soudain devenus bipèdes, transformant urgemment leur morphologie pour répondre aux changements de leur milieu, auxquels ils ont tenté de s’adapter tant bien que mal. Ceux qui me lisent chaque matin le savent, rien ne me bouleverse plus que ces mises en perspectives, que ces odyssées du temps et que ces rappels à notre extrême vanité. Qui étaient ces australopithèques ? Quels étaient leurs rêves et leurs espoirs en se redressant ? Et nous, juchés sur nos deux pieds, vers quelle direction nous dirigeons-nous, et surtout, dans quelle humanité nous ancrons-nous ? Je nous souhaite de nous souvenir de notre longue marche. #Bonjour Credit : Grotte Cosquer.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout