• Marie Robert

Ceci est une plaine.

Ceci est une plaine. Hier, j’ai été traversée par des frissons en découvrant l’histoire de Ganesh Birua dans Le Courrier International. Ce n’est pas tant le caractère plus ou moins extraordinaire des destins qui me fascine. Ce qui me subjugue, c’est d’observer la façon dont les décisions se mettent en place, et dont chaque fragment engage celui d’après. L’histoire de Ganesh commence en 2014 alors qu’il est âgé de 23 ans. Dans le cadre d’une formation en art plastique, il séjourne dans une auberge de jeunesse au cœur de Baridapa, une ville située dans l’est de l’Inde non loin de son village natal. Un matin, l’un de ses amis mentionne « Facebook ». Jusqu’ici, rien de très original sauf que Ganesh ne connait pas ce réseau social et que dans son village natal, personne n’a jamais surfé sur internet. Il se crée donc un compte pour explorer l’application et rejoint un groupe « Ho Society of India ». C’est alors qu’il découvre stupéfait que le « Ho », c’est-à-dire la tribu dont il vient, ont un alphabet, le « Warang Citi » dont personne ne lui a jamais parlé et qui est impossible à trouver sur internet. Ganesh est stupéfait. Quelque chose l’appelle. Il fait face à un horizon immense, à un champ qu’il ne peut renoncer à cultiver. Ce fils de paysans se met donc à publier des caractères de l’alphabet « Ho » ainsi que des mots accompagnés de leur traduction en odia, la langue officielle de son Etat, et en anglais. La tâche est titanesque, mais rien ne l’arrête. Il crée un blog, apprend le bengali, l’hindi, le santali, pour pouvoir traduire dans toutes ces langues les mots qu’il publie en « ho » sur les réseaux. Et de fil en aiguille, il devient un véritable militant numérique, permettant aux locuteurs de « ho » de produire du contenu, de raconter leurs traditions, et de faire perdurer leur identité. Bien sûr, on pourrait s’arrêter des heures sur l’aspect linguistique et politique de sa tâche, mais ce qui m’émeut le plus, c’est de constater ce qu’il se passe quand on poursuit un élan auquel on croit. Malgré toutes les embûches et les difficultés, on parvient à faire fleurir nos espoirs. Je vous souhaite de réveiller le Ganesh Birua qui sommeille en vous. #Bonjour


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout