• Marie Robert

Ceci est une pause à célébrer



Bien avant que le temps soit celui des horloges, des ordinateurs et des lumières électriques, les peuples situaient l’heure et les saisons par le mouvement du soleil. Riches d’une attention accrue, des astronomes aux yeux perçants avaient même remarqué que, certains jours, le corps céleste semblait faire une pause totale. Ils avaient nommé ce phénomène « solstice » du mot latin « sol » signifiant soleil et « sistere » signifiant se tenir debout. Le soleil semble s'asseoir à différents endroits du ciel lors de la rotation de la planète. Deux fois par an, le soleil atteint son point le plus haut ou le plus bas possible et change de direction, le laissant ainsi immobile pendant une journée. Dans l'hémisphère nord, le solstice de juin se situe lorsqu’il se trouve à sa plus grande distance de la Terre avant de se rapprocher, ce qui en fait le jour le plus long de l'année et le début officiel de l'été. Dans l'hémisphère sud, c'est à son point le plus proche. Cela en fait le jour le plus court de l'année et signifie que l'hiver est arrivé. Chaque décembre, l’inverse se produit dans chaque hémisphère. Les Yakoutes de Sakha, un groupe ethnique semi-nomade originaire de la Sibérie orientale, vivent dans l’un des endroits les plus froids de la planète. Aux alentours du solstice de juin, ils organisent un grand festival d’été appelé Yhyakh, qui célèbre le réveil de la nature et rend grâce à ce soleil qui accepte de s’assoir un peu. Tout au long de ce festival danses, concerts, sports honorent symboliquement ce temps suspendu. Et si nous imitions le soleil ?

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout