• Marie Robert

Ceci est une mission.


Ceci est une mission. Il y a 400 000 ans dans une grotte de la Sierra de Atapuerca, au nord de l’Espagne, ont été déposés les corps d’une trentaine de défunts néandertaliens dans un puits de treize mètres de profondeur et accompagnés d’un biface taillé en quartz rouge. La scène est équivoque. Le genre d’image reconstituée qu’on regarde d’un œil en tombant sur un reportage tardif à la télé. Leur genre d’info poussiéreuse qu’on ignore avec dédain en reprenant nos téléphones pour vérifier qu’instagram n’est pas en panne. Et pourtant, ce qu’il se passe dans cette grotte est le fondement de notre humanité, car c’est ici que s’est jouée la plus ancienne pratique funéraire qu’on ait pu découvrir. L’idée fait chavirer toute mon âme et inonde mon corps de frissons. C’est parce que nos lointains ancêtres ont peu à peu osé donner de la valeur à l’existence, qu’ils ont commencé à enterrer leurs morts. Soudain, leur regard sur le monde est devenu questionnement, résistance à la sauvagerie. Bien plus tardivement, il y a 100 000 ans, c’est Sapiens qui met les siens en terre en les parant d’outils comme pour les préparer à la possibilité d’un autre monde. A ces rituels de deuils se sont ajoutés, des rites de naissances, d’alliances, de repas, de protection, des centaines de gestes reproduits, augmentés, sophistiqués, et transformés, par des milliers de générations pour arriver jusqu’à nous ici, ce matin d’octobre. Des milliards de mouvements de mains qui ont soigné, recouvert de terre, caressé, consolé, maquillé, habillé, pour que notre si fragile existence, notre si absurde petite vie, appartienne à une plus grande, à celle de l’humanité. Je ne me lasserai jamais de cette idée, je veux l’avoir en tête dans chacun de mes pas. Ces temps-ci, on me parle beaucoup d’entreprise à « missions », et dans bien des esprits éclot l’idée de réagir aux destructions que nous suscitons nous-mêmes, mais je crois que la « mission » commence par se souvenir de ces gestes-là, de cette aube et de ce crépuscule, contenus dans un même puit. Quels sont nos gestes aujourd’hui ? Ou nous amènent-ils ? Je vous souhaite de participer à la danse. #Bonjour / Credit : Norma Baker.

7 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout